environnement 

Les subventions à la pêche accusées de vider les océans

Le secteur de la pêche reçoit l’équivalent de 35 milliards de francs d’aides publiques par an au niveau mondial, ce qui entraîne une surexploitation des stocks de poissons. L’OMC veut mettre fin à ces subsides néfastes avant la fin de l’année

C’est une des cibles figurant parmi les Objectifs de développement durable de l’ONU: d’ici à 2020, les Etats se sont engagés à «interdire certaines formes de subventions à la pêche qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche». Les négociations, qui se tiennent à Genève sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), devraient aboutir à un accord avant la fin de l’année. Scientifiques, économistes et militants de la protection de l’environnement pressent les pays à s’engager, mais les résistances sont fortes.

Chaque année, des quantités faramineuses d’argent public sont allouées à l’industrie de la pêche dans le monde. D’après une analyse récente parue dans la revue Marine Policy, cela correspond à plus de 35 milliards de francs d’aides en 2018. L’étude, qui se base sur la compilation de différentes bases de données publiques et privées, montre qu’ensemble la Chine, l’Union européenne, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon en distribuent plus de la moitié.