Déjà en proie à un déficit chronique de précipitations, le sud-ouest des Etats-Unis est menacé d’une «méga-sécheresse» d’ici à la fin du siècle à cause du réchauffement climatique, selon une étude. Un tel phénomène est lié au déclin de plusieurs civilisations.

Les «méga-sécheresses» sont des périodes sévères d’aridité qui durent plus de trente ans, précisent les chercheurs dont les travaux ont été publiés mercredi dans la revue américaine «Science Advances». De tels phénomènes climatiques extrêmes sont rares, mais se sont déjà produits dans le Sud-Ouest américain et dans d’autres régions du globe, comme au Sahel, pendant le dernier millénaire.

Ils ont été liés au déclin de plusieurs civilisations préindustrielles, rappellent les chercheurs. Des indices montrent ainsi que le peuple Anasazi a été forcé d’abandonner ses terres dans le Sud-Ouest américain au XIIIe siècle en raison d’une longue sécheresse.

Le manque d’eau va s’aggraver

Selon une analyse des cercles de croissance des arbres et d’autres indications, les méga-sécheresses des siècles passés dans cette région ont duré de vingt à trente-cinq ans. Avec l’accélération du changement climatique, une méga-sécheresse sera encore plus torride et plus brutale, mettant à rude épreuve les ressources déjà limitées en eau du Sud-Ouest américain, mettent en garde ces scientifiques.

Une modélisation par ordinateur montre que si rien n’est fait pour réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère, le réchauffement dans cette région se poursuivra accompagné d’une aridité croissante. Une telle méga-sécheresse créerait «une pression sans précédent sur les ressources en eau déjà limitées» en Californie, dans le Nevada, au Nouveau-Mexique, dans l’Utah et le Colorado, écrivent ces chercheurs.

Lire aussi: 82 600 personnes évacuées à cause d’un incendie en Californie

Le bassin du Colorado, qui s’étend entre l’Arizona, la Californie, le Nouveau-Mexique, le Nevada, l’Utah et le Wyoming, connaît une sécheresse depuis seize ans. En Californie, qui entre dans la sixième année d’une sécheresse exceptionnelle, les autorités ont imposé des limites strictes sur la consommation d’eau en 2015.