La Suède a suivi un chemin différent de la Suisse, et de la quasi-totalité des pays dans le monde. Plutôt que de fermer entreprises et écoles, et de cadenasser sa population, elle lui a demandé de pratiquer un «confinement volontaire». Les regroupements de plus de cinquante personnes sont certes interdits, comme les visites dans les maisons de retraite, ou le service au comptoir dans les bars, mais pour le reste il ne s’agit que de recommandations: privilégiez le télétravail, évitez les déplacements, gardez vos distances, limitez vos contacts.

Lire l'article lié: Quel bilan pour le «lockdown» suisse?