Ce n’est pas vraiment une surprise. Ce 28 novembre, le rapport de l’Unesco et de l’Union internationale pour la conservation de la nature – dont les experts se sont rendus en Australie en mars dernier pour une «mission de suivi réactif» concernant la Grande Barrière de corail – a conclu que le plus grand récif corallien du monde devrait être placé sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril, réitérant ainsi sa recommandation de l’année précédente.