De nouveaux indices viennent contredire la thèse selon laquelle la syphilis aurait été amenée d’Amérique en Europe par Christophe Colomb. L’équipe de Verena Schünemann, paléogénéticienne à l’Université de Zurich (UZH), a identifié différentes sous-espèces de la bactérie Treponema pallidum, ou tréponème pâle, responsable de la maladie, dans des échantillons d’ADN de quatre squelettes humains provenant de Finlande, des Pays-Bas et d’Estonie.

La datation tant moléculaire qu’au carbone 14 indique le début du XVe siècle, selon ces travaux publiés dans la revue Current Biology. Les premiers cas signalés en Europe remontent à la fin de ce siècle, ce qui avait laissé supposer que la maladie serait venue du Nouveau Monde avec Christophe Colomb en 1493. Les relations commerciales avec l’Afrique de l’Ouest avaient aussi été soupçonnées

Lire aussi: Les surprenantes origines de la tuberculose

L’équipe zurichoise a donc ajouté des pièces manquantes à l’arbre généalogique du tréponème. L’étude montre que le prédécesseur de toutes les espèces connues remonte à au moins 2500 ans. Quant au dernier ancêtre commun de toutes les souches de syphilis, il se situe entre le XIIe et le XVIe siècles.

Une origine européenne est possible

La diversité des maladies provoquées par les bactéries du genre tréponème et la composition de l’arbre généalogique plaident ainsi plutôt en faveur d’une origine européenne de la syphilis. Les voyages de Christophe Colomb ne peuvent guère être la seule cause, selon la Pre Schünemann, citée jeudi dans un communiqué de l’UZH.

Les différentes tréponématoses se sont vraisemblablement développées en parallèle, circulant en Europe, en particulier dans le nord du Vieux Continent, infectant occasionnellement la même personne et échangeant du matériel génétique.

Une maladie décrite à la fin du XVe siècle

Les chercheurs ont également mis en évidence une autre maladie de la même famille sur les restes humains analysés: le pian, provoqué par une sous-espèce de Treponema pallidum, qui est actuellement sur la liste des maladies tropicales négligées de l’Organisation mondiale de la santé. Cette maladie était donc présente en Europe à l’époque.

Lire également: Christophe Colomb, père de la mondialisation

Enfin, les scientifiques ont découvert sur le squelette néerlandais une lignée de tréponème inconnue, aujourd’hui disparue, mais qui présente des similitudes génétiques avec les sous-espèces modernes. Dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse (FNS), ils entendent maintenant examiner de manière plus détaillée l’expansion de la syphilis en Europe.

Décrite dès la fin du XVe siècle, cette infection sexuellement transmissible a sévi en Europe pendant des siècles. Ce n’est qu’avec l’avènement des antibiotiques au début des années 1940 qu’elle a pu être traitée avec succès.