On a longtemps pensé, comme une sorte de principe établi, que le moustique anophèle, une espèce capable de transmettre le paludisme, ne piquait que la nuit tombée, lorsque les bras de Morphée rendaient ses victimes vulnérables.