La pénurie de dons qui affecte de nombreux pays dont la Suisse a longtemps nourri l’espoir de trouver des solutions alternatives pour guérir des patients dont le cœur, le foie ou les reins dysfonctionnent, condamnant les malades à des traitements lourds voire une mort certaine.