Plus de 26 000 personnes ont été contaminées par le virus Ebola depuis le début de l’épidémie et 10 823 d’entre elles sont mortes, a indiqué l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mercredi. L’organisation note que la baisse du nombre de cas confirmés semble avoir stagné.

L’OMS appelle à des efforts accrus pour arrêter complètement la transmission de ce virus. La quasi-totalité des 26 079 personnes contaminées vit en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par l’épidémie en Afrique de l’Ouest.

Dans la semaine précédant le 19 avril, 33 nouveaux cas confirmés ont été signalés, dont 21 en Guinée et 12 en Sierra Leone. La semaine précédente, 37 nouveaux cas confirmés avaient été signalés, contre 30 la semaine d’avant.

«La baisse du nombre de cas confirmés a cessé au cours des trois dernières semaines», écrit l’OMS dans son dernier bilan. «Pour accélérer le déclin de l’épidémie et atteindre le zéro cas, il faudra un engagement plus ferme de la communauté internationale, améliorer la recherche des contacts et le dépistage précoce», affirme-t-elle encore.

TKM-Ebola

Du côté des traitements, le TKM-Ebola s’est montré efficace contre le type de virus Ebola responsable de l’épidémie en cours en Afrique de l’Ouest, dans un essai réalisé sur des singes, selon une lettre publiée mercredi dans la revue «Nature».

Jusqu’à présent aucun traitement n’a été homologué contre ce terrible virus, mais plusieurs molécules, certaines expérimentales, et plusieurs vaccins ont été testés ou sont en cours d’évaluation.

Développé et produit par la firme canadienne Tekmira Pharmaceuticals, TKM-Ebola est un produit expérimental qui agit en bloquant certains gènes du virus Ebola et limite sa capacité à se multiplier. Ce traitement a déjà été donné à quelques malades rapatriés en Europe et aux Etats-Unis, mais groupé avec d’autres traitements expérimentaux.