Héritage

Des traumatismes inscrits dans les gènes

Les traces que le stress et les attaques de panique laissent sur l’ADN peuvent transmettre nos angoisses à la génération suivante. Bonne nouvelle: il est possible de les effacer

«Les traumatismes de l’Holocauste s’inscrivent dans les gènes», «la mémoire de la Shoah serait héréditaire» titraient les journaux du monde entier après qu’une étude américaine, en 2015, a relaté que le vécu tragique laisserait des empreintes sur l’ADN, transmissibles aux descendants des victimes.

En effet, n’importe quel traumatisme grave, trouble anxieux ou stress chronique laisse des traces pas seulement au niveau mental, mais aussi biologique. Ces modifications, qu’on appelle «épigénétiques» – puisqu’elles viennent s’ajouter par-dessus de l’ADN –, modifient l’expression de certains gènes et peuvent se transmettre aux générations suivantes en augmentant leur vulnérabilité psychique.