«Les traumatismes de l’Holocauste s’inscrivent dans les gènes», «la mémoire de la Shoah serait héréditaire» titraient les journaux du monde entier après qu’une étude américaine, en 2015, a relaté que le vécu tragique laisserait des empreintes sur l’ADN, transmissibles aux descendants des victimes.