En 1995, avec son collègue Michel Mayor, Didier Queloz découvrait la première exoplanète, 51 Pegasi b, située à environ 50 années-lumière du Soleil, en orbite autour de sa propre étoile. Vingt-sept ans et un Prix Nobel plus tard, l’astrophysicien est toujours aussi passionné par la recherche de nouveaux systèmes solaires et l’étude des planètes qui les composent. Après des années de travail à l’Université de Genève et à l’Université de Cambridge en Angleterre, il a rejoint en 2021 l’ETH à Zurich (EPFZ), où il a pris la direction du nouveau Centre sur l’origine et le développement de la vie (Centre for Origin and Prevalence of Life), inauguré ce vendredi.