Un premier cas de variole du singe a été confirmé, mardi, dans le canton de Genève. Il s'agit du deuxième cas en Suisse. Un premier cas avait été détecté, samedi, chez une personne vivant dans le canton de Berne.

A ce sujet: Un premier cas de variole du singe détecté dans le canton de Berne

La personne contaminée se trouve actuellement en isolement, a indiqué le Département de la santé du canton de Genève mardi dans un communiqué. Son état général est bon et ne nécessite pas d'hospitalisation actuellement.

Les premiers éléments recueillis indiquent qu'elle a été contaminée lors d'un voyage à l'étranger. Une enquête épidémiologique est en cours afin d'avertir les personnes qui pourraient être exposées.

Aucun décès recensé

La variole du singe est une maladie infectieuse causée par virus qui se transmet de l'animal à l'humain, mais qui peut aussi se transmettre d'humain à humain. Ces derniers jours, la présence de ce virus rare, endémique dans certaines régions d'Afrique, a été rapportée dans plusieurs pays européens, dont la Grande-Bretagne, la France, la Suisse ou l'Espagne, ainsi qu'aux Etats-Unis.

Lire encore: «Nous ne voulons pas voir le virus de la variole du singe circuler dans la population»

Des autorités médicales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estiment que le risque de voir cette maladie se propager largement est réduit. Le taux de létalité de la maladie varie de 1 à 10% selon le variant (il en existe deux), des taux observés en zone endémique, dans des pays au système de santé défaillant.

Mais une prise en charge médicale adéquate réduit considérablement les risques et la plupart des personnes guérissent spontanément. Dans les pays où la maladie a été repérée récemment, les cas observés sont pour la plupart bénins et il n'y a pas de décès recensés.

Deux cent cinquante cas de variole du singe ont été recensés à travers 16 pays, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Rosamund Lewis, docteure au secrétariat de l'OMS, a précisé mardi à Genève qu'il s'agissait de pays non endémiques, c'est-à-dire des pays où la maladie n'est pas présente en temps normal. Au moins une dizaine de pays européens ainsi que l'Australie, le Canada et les Etats-Unis, des pays où sa présence est inhabituelle, ont fait état de cas de variole du singe. Elle est présente en temps normal, considérée comme «endémique», dans onze pays d'Afrique.