Paléontologie

Un dinosaure géant de plus de 200 millions d’années découvert

Découverte en 2015, cette espèce, baptisée «Ingenia prima», mesure près de trois fois la taille des dinosaures les plus grands de la période du trias (de -251 à -200 millions d’années)

Des chercheurs ont trouvé en Argentine les restes d’un dinosaure géant ayant vécu il y a plus de 200 millions d’années. Cette espèce, baptisée Ingenia prima, mesure près de trois fois la taille des dinosaures les plus grands de la période du trias. L’ère du mésozoïque se subdivise en trois grandes périodes: le trias (de -251 à -200 millions d'années), le jurassique (de -200 à -145 millions d'années) et le crétacé (de -145 à -65 millions d'années).

Cette espèce a été découverte en 2015 sur le site paléontologique de Balde de Leyes dans la province de San Juan, à 1100 kilomètres à l’ouest de Buenos Aires, a annoncé lundi une source scientifique.

Lire aussi: Une nouvelle espèce de dinosaure découverte en Argentine

«Dès qu’on l’a trouvée, on s’est rendu compte que c’était quelque chose de différent. On a découvert une forme, la première à être géante au milieu de tous les dinosaures. Voilà la nouveauté», a affirmé Cecilia Apaldetti, chercheuse à l’Institut et au musée des sciences naturelles de l’Université de San Juan (IMCN).

Un dinosaure de 10 tonnes

Les scientifiques ont trouvé des vertèbres du cou et de la queue, des os des pattes avant et une partie des os des pattes arrière. Il s’agit de «dinosaures herbivores, quadrupèdes et qui se distinguent facilement par leur long cou et leur longue queue, du groupe des sauropodes», a-t-elle dit.

Jusqu’ici, on estimait que le gigantisme chez les dinosaures était apparu durant la période jurassique, soit il y a 180 millions d’années environ. Selon les estimations de chercheurs, le spécimen découvert mesurait entre 6 et 7 mètres, était jeune et pesait quelque 10 tonnes, soit le poids de deux à trois éléphants.

Lire aussi: Le plus grand dinosaure jamais découvert exposé à New York

La découverte a été publiée lundi dans la revue spécialisée Nature Ecology & Evolution et diffusée en Argentine par les autorités scientifiques de l’Université nationale de La Matanza.

Publicité