L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a reçu une subvention de 1 milliard d’euros sur dix ans de l’Union européenne pour un projet de recherche sur le cerveau. Bruxelles a retenu son «Human Brain Project» (HBP) comme l’un de ses deux projets phares de recherche dans le cadre de l’initiative FET Flagship.

Le Human Brain Project veut concevoir un modèle intégrant toutes les connaissances sur le cerveau. Une simulation du cerveau humain devrait permettre à terme de servir d’outil de recherche pour les neuroscientifiques.

Le second projet retenu est dirigé par la Chalmers University of Technology de Göteborg, en Suède. Il vise à explorer les potentialités du graphène, un nouveau matériau qui pourrait révolutionner l’informatique. Plusieurs groupes de recherche suisses y sont associés.

Trois projets suisses

Au départ, 26 propositions étaient sur les rangs pour l’initiative FET Flagship (projets phares des technologies futures et émergentes) qui vise à récompenser «des initiatives de recherche visionnaires et innovantes». Leur nombre a été réduit à six en mars dernier, et à quatre il y a une semaine.

Trois projets suisses figuraient dans le dernier carré. Outre le HBP, l’EPFL était également en lice avec son projet de «Guardian Angels for a Smarter Planet» – des objets électroniques portatifs totalement autosuffisants en énergie et pouvant posséder des fonctions liées par exemple à la santé, à la communication ou au transport.

L’Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ) conduit de son côté le projet FuturICT qui est coordonné par l’University College de Londres. Le but est de développer les capacités de calcul à l’échelle planétaire et de donner naissance à The Living Earth Simulator.