Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Seattle, dont le ciel est obscurci par la fumée des incendies de Colombie-Britannique, en proie à une importante vague de chaleur inhabituelle, le 3 août 2017. 
© Elaine Thompson, AP

Environnement

Un nouveau rapport américain fuité s’inquiète du changement climatique

Le «New York Times» révèle que le dernier rapport de l’Académie des sciences, qui doit obtenir le feu vert officiel de l’administration Trump pour le publier, «contredit directement les affirmations du président». Selon le texte, les températures moyennes aux Etats-Unis ont augmenté «vite et de manière spectaculaire»

Les températures moyennes aux Etats-Unis ont augmenté vite et de manière spectaculaire, les dernières décennies étant les plus chaudes depuis 1500 ans, selon un rapport préliminaire du gouvernement fédéral publié mardi par le New York Times.

«Les Américains ressentent dès à présent les effets du changement climatique», souligne ce rapport rédigé par 13 agences mais qui n’a pas été rendu public ni approuvé par l’administration du président Donald Trump. Le journal titre d’ailleurs sur le fait que les scientifiques craignent que les autorités ne rejettent leur travail.

Ce document «contredit directement les affirmations du président Trump et des membres de son cabinet selon lesquelles la contribution humaine au changement climatique n’est pas avérée et la possibilité de prévoir ses effets est limitée», selon le journal.

Le rapport reste pourtant nuancé, jugeant seulement «extrêmement probable» que la moitié de la hausse moyenne des températures dans le monde depuis 1951 soit liée aux activités humaines.

Ce projet de rapport, qui fait partie de l’évaluation nationale sur le climat aux Etats-Unis, est fait tous les quatre ans. Il a été signé par l’académie nationale des sciences.

Les Etats-Unis ont confirmé vendredi par écrit aux Nations unies leur intention de se retirer de l’Accord de Paris sur le climat.

Ils ont cependant affirmé qu’ils continueraient à participer aux négociations internationales, a annoncé vendredi le Département d’Etat américain.

Fidèle à sa promesse électorale, Donald Trump avait annoncé le 1er juin le retrait des Etats-Unis de cet accord visant à limiter le réchauffement climatique, signé en décembre 2015 par 195 pays dans la capitale française. Il avait jugé le texte néfaste pour l’économie américaine, sans toutefois exclure de réintégrer le processus après renégociation, voire de conclure un «nouvel accord qui protège» les Etats-Unis.

Conclu fin 2015 par plus de 190 pays, l’Accord de Paris vise à limiter le réchauffement planétaire à moins de deux degrés Celsius par une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Lire aussi: Le climat, nouveau filon pour la recherche en France

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST