Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un bourdon en train de butiner. Texas, mai 2018.
© LARRY W. SMITH/EPA

Environnement

Un nouvel insecticide affecte la reproduction des bourdons

Le sulfoxaflor était envisagé comme une alternative possible aux «tueurs d’abeilles» que sont les néonicotinoïdes, des insecticides très répandus. Las! Il altère aussi le succès reproductif d’un pollinisateur important, le bourdon terrestre

Les pesticides n’en finissent pas de défrayer la chronique. Le 10 août, un tribunal californien condamnait ainsi le géant Monsanto (groupe Bayer) à verser 289 millions de dollars à un jardinier frappé par un cancer du système lymphatique, attribué à son exposition à des herbicides à base de glyphosate. Aujourd’hui, c’est à un autre risque que s’intéresse une étude publiée dans la revue Nature: quel est l’effet sur les insectes pollinisateurs d’une nouvelle génération d’insecticides à base de sulfoximine?

On connaissait déjà les méfaits d’une classe d’insecticides très utilisée, les néonicotinoïdes – ou «tueurs d’abeilles», des neurotoxiques qui s’attaquent au système nerveux des insectes. Mis sur le marché dans les années 1990, les néonicotinoïdes sont appliqués par enrobage des semences. Mais ils se disséminent rapidement dans l’environnement. Leur nocivité sur les pollinisateurs est bien documentée. Par exemple, ce constat alarmant: en Europe, les populations d’insectes ont chuté de près de 80% en moins de trente ans, a montré une étude en 2017. Au rang des accusés, les nouvelles méthodes de protection des cultures – dont l’usage des néonicotinoïdes.

Lire aussi: Les insecticides néonicotinoïdes, tueurs d’abeilles… et d’humains?

Un substitut possible?

Sur cette base, l’Union européenne a décidé le 27 avril 2018 d’interdire trois néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame) sur toutes les cultures de plein air. «En Suisse comme en Europe, dès fin 2018, ces trois produits ne pourront plus être utilisés que sous serres fixes fermées», précise Jean-Daniel Charrière, chercheur au Centre de recherche apicole de l’Agroscope à Berne. D’où ce casse-tête: comment remplacer les néonicotinoïdes? Certains voyaient dans un nouvel insecticide, le sulfoxaflor, un substitut possible aux néonicotinoïdes – une perspective cependant controversée. Hélas! Ce produit affecte lui aussi les colonies d’un pollinisateur important, le bourdon terrestre (Bombus terrestris), montre une étude menée à l’Université de Londres.

À ce sujet: L’UE bannit trois pesticides dangereux pour les abeilles

Pour examiner l’effet du sulfoxaflor sur des colonies sauvages du bourdon terrestre, le plus commun d’Europe, les chercheurs ont d’abord collecté 332 reines sauvages de ce bourdon. A partir de 52 d’entre elles, indemnes de parasites, ils ont obtenu des colonies. Celles-ci ont été tirées au sort pour être nourries, durant deux semaines, soit par de l’eau sucrée seule, soit par de l’eau sucrée additionnée de sulfoxaflor – à une dose correspondant à celle trouvée dans le nectar des cultures traitées par cet insecticide. Puis les deux groupes d’insectes ont été relâchés dans la nature.

Des méfaits similaires

Verdict: dans les colonies exposées au sulfoxaflor, les bourdons produisent moins d’ouvrières femelles. Surtout, ils engendrent 54% d’insectes reproducteurs en moins: moins de mâles… et aucune reine! Des effets visibles après seulement deux à trois semaines. Or «les reines sont indispensables pour engendrer de nouvelles colonies l’année suivante», alerte Nigel Raine, entomologiste à l’Université de Guelph (Canada), qui n’a pas participé à l’étude. D’après ce spécialiste, les méfaits du sulfoxaflor sur la croissance et la reproduction des colonies de pollinisateurs sont semblables à ceux de l’exposition aux néonicotinoïdes trouvés dans des études comparables. «Cela pouvait être anticipé, car ces deux classes d’insecticides affectent les insectes en se liant aux mêmes récepteurs à l’acétylcholine», une molécule qui transmet les messages entre neurones.

«Notre étude montre que sous certaines conditions, l’exposition au sulfoxaflor altère les colonies de bourdons. Nous devons maintenant évaluer ce risque sur les abeilles en plein champ», résume Ellouise Leadbeater, coauteur de l’étude. La toxicité du sufloxaflor pour les abeilles a déjà été démontrée en laboratoire. Ce travail «montre clairement qu’il y a lieu d’être très prudent avant de disperser cette matière active dans l’environnement, estime Jean-Daniel Charrière. Si l’effet décrit s’observe aussi dans des essais de terrain, il faudra envisager une utilisation qui n’expose pas les pollinisateurs.» La législation actuelle permet de restreindre l’usage de certains produits à la période d’après la floraison, par exemple.

Lire également: Du miel contaminé par les pesticides

Les pesticides à base de sulfoxaflor (commercialisés par Dow AgroSciences) ont déjà une histoire législative mouvementée. Aux Etats-Unis, ils ont été homologués en 2013 puis retirés du marché en 2015. L’Union européenne les a autorisés en 2015. Mais en France, ils ont été suspendus en novembre 2017. Alors que certains leaders d’opinion plaident pour classer cet insecticide dans la famille des néonicotinoïdes – ce qui reviendrait, de facto, à restreindre son usage –, cette étude leur offre un argument de poids.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST