En pleine migration de la Scandinavie vers le sud, le pluvier guignard fait actuellement une halte dans les montagnes suisses. Ce petit échassier se distingue notamment par sa conception «progressiste» des rôles entre les sexes. En effet, chez les Pluviers guignards, c’est le mâle qui couve les œufs et s’occupe des petits.

La femelle fait la cour aux mâles au printemps, relève la Station ornithologique de Sempach dans un communiqué. C’est pourquoi son plumage est plus coloré que celui du mâle. Mais le limicole se distingue aussi par son aire de repos alpine. Ses proches parents, comme le Vanneau huppé, se rencontrent surtout dans les zones humides du Plateau.

Relire, en 2000: Nature. La traque au petit elfe du Grand Nord

L’oiseau se distingue aussi visuellement. Son plumage écailleux et ses sourcils blancs caractéristiques formant un «V» à l’arrière de sa tête lui confèrent une apparence unique.

Même si l’animal est extrêmement confiant envers l’homme, chaque observation reste un coup de chance, écrit la Station ornithologique de Sempach.

Dans toute l’Europe, les populations de pluviers guignards sont en recul. La chasse et la crise climatique en sont les premières responsables. Le tourisme dans ses zones d’escale joue également un rôle.

Lire également: Plus de 135 000 oiseaux recensés dans les jardins suisses

L’oiseau illustre parfaitement la complexité de la protection des oiseaux migrateurs, relève encore la station. Ceux-ci doivent être protégés au-delà des frontières et s’étendre du départ à la destination, en passant par les sites d’escale.

Pour aller plus loin: Les oiseaux aussi sont dotés de conscience