Santé

Une nouvelle épidémie d'Ebola est «inévitable», selon l'OMS

L'épidémie a tué 11 300 personnes. Si elle ressurgit, l'OMS compte sur des «mesures de contrôle établies» comme la mise en quarantaine ou en isolement, et la «vaccination en anneaux»

Le monde n'est pas à l'abri d'une nouvelle épidémie d'Ebola, a prévenu jeudi à Conakry la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, en visite en Guinée. Mais il y sera «mieux préparé», a-t-elle ajouté. L'épidémie terminée en 2016 a fait plus de 11 300 morts.

Lire aussi: Voici comment l’OMS «tire les leçons d’Ebola»

La Guinée faisait partie, avec le Libéria et la Sierra Leone, des trois pays sévèrement affectés par le virus en Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016. Le bilan, sous-évalué de l'aveu même de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), est sept fois supérieur en nombre de décès à celui cumulé de toutes les flambées d'Ebola depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976.

Durant l'épidémie, l'OMS a été critiquée pour son manque de discernement sur la gravité de la crise, en ayant perdu des mois avant de déclarer la guerre à Ebola.

«Les scientifiques ne savent pas encore avec exactitude où, dans la nature, le virus Ebola se cache entre deux flambées, mais presque tous les experts conviennent qu'une nouvelle épidémie est inévitable», a déclaré la directrice générale de l'OMS, Dr Margaret Chan.

Une vaccination en anneaux pour l'éradiquer

Cependant, «lorsque cela se produira, le monde sera beaucoup mieux préparé» à y faire face, a précisé Dr Chan. L'espoir d'une meilleure réaction face à une éventuelle nouvelle épidémie se fonde sur les «mesures de contrôle établies» comme la mise en quarantaine ou en isolement, auxquelles s'ajoute la «nouvelle approche pour le contrôle d'Ebola (qu'est) la vaccination en anneaux» ou en ceinture.

Cette méthode consiste à vacciner des cercles ou groupes de gens en contact avec un malade, d'abord des proches, puis des sujets qui ont été en contact avec eux et ainsi de suite. Elle a été utilisée pour éradiquer la variole.

Lire aussi: L’OMS annonce un vaccin «100% efficace» contre Ebola

«La stratégie peut avoir un impact significatif, même si les stocks de vaccins sont dans un premier temps limités», a ajouté Margaret Chan.

En décembre, l'OMS a annoncé qu'un premier vaccin - sur une quinzaine en cours de développement aux Etats-Unis, en Europe, en Russie et en Chine - était «efficace jusqu'à 100%» contre le virus Ebola.

Publicité