Matériaux

Une nouvelle métamorphose du graphène

Une équipe internationale a trouvé des propriétés inédites à ce matériau, augurant une nouvelle discipline, la twistronique

Un «vieux» matériau, déjà consacré par le Prix Nobel (en 2010), peut ­encore réserver des surprises. Il s’agit du graphène, une feuille de carbone évoquant un grillage hexagonal de poulailler, et surtout épaisse d’un seul atome, soit un demi-nanomètre, moins d’un milliardième de mètre.

Ses propriétés extraordinaires ont survolté les physiciens et les chimistes depuis son obtention en 2004 par les futurs lauréats du Nobel, André Geim et Konstantin Novoselov à l’Université de Manchester (Angleterre). Plus léger et résistant que l’acier, excellent conducteur thermique et électrique, quasi transparent, ce matériau semblait promis à un avenir radieux en électronique, en mécanique ou en optique. Mais ces rêves mettent du temps à se réaliser.