Des physiciens du Fermilab, le pendant américain du CERN de Genève, ont découvert une irrégularité dans leurs résultats observés après des collisions de particules, a relaté hier le New York Times . Cette anomalie pourrait indiquer l’existence d’une particule élémentaire inédite, peut-être une version inattendue du «boson de Higgs», le Graal des physiciens. Voire les signes d’une cinquième force fondamentale (avec la gravité, l’électromagnétisme, les forces fortes et faibles). «Si cela se confirme, ce serait la découverte la plus importante en physique depuis un demi-siècle», a commenté Christopher Hill, un chercheur du Fermilab ne faisant pas partie de l’équipe.

«Il faut rester très prudent avec ce type d’annonce – et mes homologues le sont –, car l’événement observé peut simplement être du bruit dans le «bruit de fond» des données», relativise Guido Tonelli, porte-parole de l’expérience CMS au LHC du CERN. Il ne s’agit en effet pas de la première alerte du genre. «Cette observation doit être confirmée d’abord par d’autres données – car on s’attendrait à ce que cet événement ne soit pas unique –, puis par une autre expérience, au Fermilab ou au CERN. Cela peut prendre des mois.»