espace

Une sonde a survolé l'objet céleste le plus éloigné

A 6h33, la sonde New Horizon s'est approchée d'Ultima Thule, formation qui représente un vestige du système solaire, situé à 6,4 milliards de kilomètres de la Terre

La sonde New Horizons de la Nasa a survolé mardi l'objet céleste le plus éloigné jamais étudié par l'homme, a annoncé Alan Stern, directeur scientifique de la mission.

«Go New Horizons!», s'est exclamé Alan Stern tandis que l'équipe lançait des acclamations dans le laboratoire de physique appliquée John Hopkins, dans le Maryland, pour marquer le moment où, à 6h33 (heure suisse), New Horizons braquait ses caméras sur Ultima Thule, vestige glacé de la formation du système solaire. «Jamais auparavant un engin spatial n'avait exploré un objet aussi éloigné», a souligné Alan Stern.

A ce propos: Vers Ultima Thule: le plus grand voyage de 2019 commence maintenant

Loin de 6,4 milliards de kilomètres

Ultima Thule se trouve à quelque 6,4 milliards de kilomètres de la Terre. Les scientifiques espèrent que son observation pourra permettre de mieux comprendre comment le système solaire s'est formé.

Ultima Thule, découvert en 2014 par le télescope spatial Hubble, se trouve dans la ceinture de Kuiper, un vaste disque cosmique reliquat de l'époque de la formation des planètes que les astronomes appellent parfois le «grenier» du système solaire.

Les scientifiques ont décidé d'envoyer New Horizons l'étudier, après que la sonde eut accompli en 2015 – neuf ans après son lancement – sa principale mission: envoyer des images extrêmement détaillées de Pluton. Cette fois, «on va essayer d'avoir des images d'Ultima avec une résolution trois fois supérieure à celle utilisée pour Pluton», a expliqué Alan Stern. «Si on y arrive, ce sera spectaculaire.»

La sonde devait prendre 900 images en quelques secondes pendant qu'elle survolait en trombe Ultima Thule à une distance d'environ 3500 kilomètres.

Patience pour les données

«A présent, c'est juste une question de temps pour voir les données arriver», a déclaré John Spencer, un scientifique du Southwest Research Institute.

Les membres de l'équipe s'attendent à savoir vers 16h si la collecte de données a été réussie.

Publicité