Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des embruns glaçants avaient transformé les quais de Versoix en patinoire en février 2012.
© MARTIAL TREZZINI

Météo

Une vague de froid sibérien va s’abattre sur la Suisse

Une forte chute des températures est attendue la semaine prochaine. L’origine de cet épisode est à chercher dans la haute atmosphère des régions boréales

L’hiver n’a pas dit son dernier mot. Alors qu’on enregistre déjà des températures fraîches cette semaine, une vague de froid encore plus accentuée est attendue en Suisse dès dimanche. Elle durera en tout cas jusqu’au milieu de la semaine prochaine, peut-être plus longtemps. En cause, un étonnant phénomène météorologique appelé SSW, ou sudden stratospheric warming, qui prend sa source au-dessus de l’Arctique.

Le SSW correspond au réchauffement rapide de la stratosphère, soit la partie supérieure de l’atmosphère comprise entre 12 et 50 km d’altitude, au niveau des régions polaires boréales. Ce phénomène se reproduit presque chaque hiver, mais avec une intensité variable. Il semble marqué cette année, avec un réchauffement de plus de 60°C enregistré au niveau de la stratosphère arctique entre le début et la mi-février (la température étant alors passée de -76 à -4°C).

En janvier: Le Valais est en alerte météo, évacuations aux Diablerets

Les vents s’inversent

En quoi cela concerne-t-il la Suisse? «En ce moment, l’air réchauffé de la stratosphère est en train de descendre vers la troposphère, c’est-à-dire vers les couches les plus basses de l’atmosphère, explique Dean Gill, météorologue à MétéoSuisse. Ces mouvements vont entraîner une inversion de la circulation des vents qui touchent nos régions. Normalement, elles sont plutôt soumises à des vents d’ouest, mais là elles vont recevoir des masses d’air froid issues de l’est de l’Oural, qui s’écoulent normalement en direction du Pacifique. Nous allons faire l’expérience de la météo des grandes steppes asiatiques!»

Concrètement, cela veut dire que les températures vont chuter à partir de dimanche, en particulier aux frontières nord et est du pays. Le froid va ensuite se maintenir avec des maxima inférieurs à 0°C pendant plusieurs jours. Les minima en plaine pourraient dépasser les –10°C, et bien plus en altitude et dans les zones abritées, comme dans les combes du Jura. Le froid sera particulièrement mordant du fait de la bise; des embruns congelants pourraient se former.

Plus fréquent à l’avenir?

«Même s’il est rare d’observer des températures aussi froides à la fin du mois de février, cela ne relève pas du jamais-vu», relève Dean Gill, qui se remémore un épisode similaire à l’hiver 1985. Les modèles météorologiques ne permettent pour l’heure pas de déterminer l’intensité et la durée exactes de cette vague de froid. Une autre inconnue concerne l’arrivée possible de précipitations en milieu de semaine prochaine, après des premiers jours plutôt secs.

Paradoxalement, les vagues de froid comme celle qui nous attend, et comme celle qui a frappé l’Amérique du Nord en début d’hiver, pourraient se multiplier du fait des changements climatiques, précise Dean Gill, qui a consacré deux billets au phénomène sur le blog de MétéoSuisse. Dans une atmosphère réchauffée, les climatologues anticipent une multiplication des SSW de forte intensité, souvent corrélés à des épisodes de refroidissement.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST