Automatisation

Une voiture sans pilote à San Francisco

La GoogleCar roule depuis quelques années dans les rues de San Francisco, sans pilote, et sans faire d’accident. Les voitures autocommandées, précurseurs de la circulation du futur?

Si vous croisez une Toyota Prius à San Francisco affublée d’un cylindre sur le toit, regardez bien: il est probable que son conducteur fasse tout sauf… conduire! La firme Google vient de concrétiser ce dont ont rêvé les scénaristes de la série TV K2000: une voiture autoguidée «intelligente». Voilà une grosse année qu’elle roule sur la côte Ouest, avec déjà 322 000 km au compteur. Et sans accident.

Derrière ce projet, l’un des cinq meilleurs chercheurs en intelligence artificielle (IA) au monde: Sebastian Thrun. Rencontré en Californie, cet Allemand de 44 ans, directeur du laboratoire d’IA de l’Université Stanford et actif chez Google, raconte: «Notre voiture utilise des lasers, radars, senseurs, caméras et GPS pour analyser, à l’aide d’un puissant ordinateur, tous les éléments du trafic à une vitesse bien supérieure à celle du cerveau humain. La GoogleCar est ainsi plus sûre qu’un conducteur qui peut être aviné, fatigué ou distrait.» Mieux: son équipe d’une douzaine de collaborateurs a prévu différents styles de conduite, de «prudent» (la voiture tend à laisser passer les autres véhicules) à «très agressif» (elle n’hésite pas à forcer le passage).

Le chercheur n’en est pas à son coup d’essai. En 2005, il remportait le Darpa Grand Challenge , un concours de voitures autoguidées dans le désert. Mais il ne voit pas d’utilisation commerciale de son invention avant sept à huit ans. «Notre but est une sécurité absolue. Le risque, minime, d’un accident pourrait être très mal présenté dans les médias.» Par contre, il en est convaincu, ces voitures autoguidées révolutionneront la circulation de demain : « Leur recours en car-sharing réduira le nombre de véhicules dans les villes . Les aveugles et handicapés pourront les utiliser. Par ailleurs, des voitures autoguidées roulant toutes à la même vitesse, en formant des sortes de «trains routiers», permettront de grandement fluidifier le trafic; l’UE planche sur un tel projet. Surtout, il y aura beaucoup moins d’accidents.»

Publicité