Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

scanner

Urgent besoin de relève médicale

Pour pallier le manque de médecins formés en Suisse, une multitude de réformes sont nécessaires

Scanner

Relève médicale

Année après année, la Suisse importe autant de médecins qu’elle en forme, ce qui n’est pas acceptable sur le long terme pour un pays développé. Les universités suisses se doivent donc de former plus de médecins. Il y a une multitude de réformes à initier si l’on veut pallier ce problème.

Un des facteurs limitants est le manque de leaders académiques dans le domaine médical. Ceci est un vrai défi car la médecine moderne implique que ces derniers soient au fait des rapides progrès de la science et de la technologie. Parallèlement, on leur demande d’être non seulement de bons cliniciens, mais également de bons chercheurs, managers et enseignants, sans négliger leurs qualités de leadership: on cherche un mouton à cinq pattes. Néanmoins, ces leaders feront toute la différence. C’est à eux qu’incombe la responsabilité d’assurer une médecine hospitalière de qualité et de former la relève.

La formation de la relève nécessite des réformes importantes de la médecine universitaire hospitalière telles que 1) éliminer les baronnies en augmentant le nombre de professeurs dans une discipline donnée; 2) développer un système de pré-titularisation conditionnelle des professeurs afin d’augmenter le réservoir de talents; 3) développer des plans de carrière, en particulier pour les femmes ,qui sont très présentes dans la profession médicale; 4) reconnaître l’excellence clinique en créant des chaires de professeurs cliniciens; 5) engager les meilleurs au niveau international.

Cela n’est cependant pas suffisant. Il faudra aussi s’assurer que les personnes en formation aient les qualités requises pour exercer leurs spécialités respectives. La formation d’un radio-oncologue requiert des connaissances différentes de celles d’un psychiatre. La réforme de Bologne permet de repenser la formation médicale en proposant des bachelors de médecine différenciés. Les Ecoles polytechniques fédérales pourraient par exemple offrir un bachelor médical à forte connotation technologique, qui constituerait une excellente base pour les disciplines technologiques de la médecine, alors que les Facultés des lettres pourraient offrir un bachelor qui ouvrirait la porte à une formation de psychiatre.

Ces réformes appellent la nomination de leaders académiques visionnaires. Robert Jarvik, le pionnier du cœur artificiel, l’a parfaitement formulé: «Les leaders sont des visionnaires qui comprennent mal la peur et n’ont aucune notion de la possibilité d’échouer.» La médecine en a un urgent besoin si l’on veut s’assurer d’une relève médicale de qualité!

* Président de l’EPFL

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST