«Attention à la varicelle!» titre Le Quotidien du médecin en France. Une épidémie d’intensité variable sévit actuellement dans l’Hexagone, avec des pics dans certaines régions comme la Bretagne et la Côte d’Azur. Donc, si votre enfant présente des lésions que vous aviez attribuées à des piqûres de moustiques, et dont le nombre augmente mystérieusement, il se pourrait qu’il s’agisse de la varicelle! Même si la maladie est habituellement plus courante en début d’année, selon l’Office fédéral de la santé publique. Pas de quoi s’affoler, tant la varicelle est commune; 98% de la population adulte a été touchée pendant l’enfance et possède des anticorps contre ce virus. Mais quelles précautions prendre en vue des vacances? Faut-il par exemple renoncer aux baignades et pour qui cette maladie, en général bénigne, pourrait-elle s’avérer dangereuse? Le point avec Claire-Anne Siegrist, pédiatre et présidente de la Commission fédérale des vaccinations.

Le Temps: On ne vaccine pas les enfants contre la varicelle en Suisse, pourquoi?

Claire-Anne Siegrist: La vaccination contre la varicelle ne devrait être envisagée que dans les pays où l’on est sûr de pouvoir la contrôler en vaccinant au moins 90% des enfants. Si l’on n’obtient qu’une couverture partielle de la population, on repousse l’âge auquel la maladie survient chez les personnes non vaccinées. Or, si la varicelle donne très rarement lieu à des complications chez les petits enfants, elle est plus dangereuse chez les plus grands et les adultes. En Suisse, où les vaccins ne sont pas obligatoires, cela semble peu réaliste de vacciner toute la population contre une maladie en général sans gravité. Comme la varicelle est très contagieuse, presque toute la population s’immunise naturellement. Et si ce n’est pas le cas, on propose le vaccin à 11-13 ans. Par ailleurs, l’immunité donnée par la maladie est meilleure que celle que l’on obtient avec le vaccin.

– La varicelle est-elle dangereuse pour les bébés?

– Elle est très dangereuse à la naissance, et les mères devraient être immunes au moment d’une grossesse. En cas de doute, il faut absolument faire une sérologie. Pendant la première année de vie, la maladie est très bénigne, car l’enfant bénéficie de l’immunité de la mère. Parfois les enfants font ensuite un zona qui, là encore, est beaucoup plus léger que chez l’adulte, ce qui leur donne ensuite une immunité normale. Le zona étant une réactivation du virus logé dans les ganglions et qui descend le long des nerfs jusqu’à la peau.

– Et pour les grands-parents, qui gardent souvent leurs petits-enfants en été?

– Le meilleur conseil qu’on puisse leur donner c’est: «Si vos petits-enfants ont la varicelle, gardez-les!» En général toutes les personnes de plus de 40 ans ont eu la varicelle, mais la baisse de l’immunité avec l’âge fait courir un risque de zona. L’exposition au virus réactive l’immunité, ce qui protège du zona, une maladie qui peut être très douloureuse chez l’adulte. Les pédiatres, qui sont régulièrement en contact avec des enfants contagieux, n’ont ainsi presque jamais de zona.

– Faut-il renoncer à partir en vacances balnéaires avec des enfants touchés par la varicelle?

– Non, il faut seulement veiller à ce qu’il n’y ait pas de surinfection des vésicules, c’est pour cela que l’on prescrit des badigeons. Donc mettre du sable et de l’eau de mer sur ces lésions n’est pas très indiqué. Mais les enfants peuvent simplement porter un t-shirt. Les croûtes sèchent en une semaine, ensuite il n’y a plus de problème. Quant au soleil, pendant les quatre ou cinq jours que dure la fièvre, éviter la chaleur et le soleil semble assez évident… Par contre, les compagnies aériennes refusent de prendre à leur bord des enfants atteints de la varicelle, ou toute autre maladie contagieuse d’ailleurs. Et il nous est impossible de faire un certificat pour faire accepter tout de même l’enfant, ce qui nous est souvent demandé.