Moïse aurait pu éviter les graves inondations de la Sérénissime ces derniers jours. En Italie, tous invoquent le nom du prophète pour sauver Venise de marées hautes toujours plus importantes. Or les Italiens n’attendent pas le sauveur pour écarter les eaux de la lagune comme il le fit avec la mer Rouge dans l’Ancien Testament, mais plutôt la fin des travaux du chantier pharaonique du même nom, le «Mose» en italien. La construction et la mise en service de ces digues géantes sous-marines n’ont cessé d’être retardées, prises notamment dans des scandales de corruption.

Lire aussi: Venise coule sous l’«acqua alta», et les polémiques enflent