«Je les ai avertis que le moteur de la fusée était potentiellement dangereux», a déclaré à l’AFP Carolynne Campbell, spécialiste des fusées de lancement à l’Association internationale pour la promotion de la sécurité spatiale (IAASS), basée aux Pays-Bas. Mme Campbell a toutefois souligné qu’elle ne pouvait pas commenter l’accident de vendredi, ne disposant pas de «toutes les données».

Le vaisseau SpaceShipTwo s’est écrasé au cours d’un vol d’essai dans le désert de Mojave, au nord-est de Los Angeles, après s’être séparé de son avion de lancement WhiteknightTwo.

La nouvelle formule de carburant – à base de plastique au lieu du caoutchouc – utilisée pour la navette a été évoquée, et des médias ont rapporté que Virgin Galactic avait été mis en garde à plusieurs reprises sur la sécurité de ce nouveau combustible. Le Bureau national de la sécurité dans les transports (NTSB) a ouvert une enquête officielle qui pourrait durer un an.

Mme Campbell a indiqué avoir envoyé en 2009 des copies d’un article scientifique rédigé pour l’IAASS concernant les dangers du système de propulsion de la fusée de lancement «à différentes personnes de Virgin Galactic, mais il a été ignoré». Elle a de nouveau formulé une mise en garde à Virgin Galactic lors d’une conversation téléphonique, mais en vain, a-t-elle rapporté.

Le drame de vendredi n’était pas le premier pour Virgin Galactic. En 2007, trois ingénieurs avaient trouvé la mort dans l’explosion d’une fusée destinée à SpaceShipTwo à la base de Mojave.

Le patron de Virgin Richard Branson avait samedi anticipé et critiqué les spéculations sur les causes de l’accident. «Je trouve quelque peu irresponsable que des gens, qui ne savent pas de quoi ils parlent, s’expriment là-dessus avant que le NTSB ne rende ses observations», avait-il affirmé.