Le virus Ebola regagne du terrain

Epidémie La Guinée est la plus touchée

Le nombre de malades touchés par la fièvre hémorragique Ebola a continué d’augmenter pour la deuxième semaine de suite, avec une forte hausse du nombre de cas en Guinée, a annoncé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au 8 février, 144 nouveaux cas ont été confirmés en l’espace d’une semaine, contre 124 nouveaux cas rapportés la semaine précédente. La Guinée a connu la plus forte hausse hebdomadaire depuis le début de l’année avec 65 nouveaux cas confirmés (contre 39 une semaine auparavant). L’augmentation vient principalement de la capitale, avec 21 cas confirmés à Conakry, et de la préfecture de Forécariah, également située à l’ouest du pays.

«Ce pic dans le nombre de cas en Guinée et la transmission répandue qui continue en Sierra Leone soulignent les défis considérables qui doivent encore être surmontés pour parvenir à un nombre de cas zéro», a prévenu l’OMS.

Maintenir les efforts

Cette recrudescence de la maladie en Guinée intervient après une nette amélioration de la situation en janvier, si bien qu’un éventuel relâchement des efforts inquiète de plus en plus. Malgré la mobilisation, 34 inhumations non sécurisées ont été rapportées en Guinée, en dépit du danger qu’elles représentent pour la propagation du virus. Au moins un incident au niveau de la sécurité a été répertorié dans près d’un tiers des préfectures touchées par le virus, a quantifié l’OMS.

«[...] le risque de relâchement est réel. Il faut à tout prix maintenir la mobilisation communautaire», a insisté le co-découvreur du virus Ebola en 1976, le Belge Peter Piot, dans une interview accordée au Temps . Avec la réouverture imminente des écoles et des hôpitaux, ces prochaines semaines s’annoncent déjà décisives.