Les volcans pèsent sur les températures

Climatologie Rôle sur les courants marins

Finalement, les volcans auraient un rôle bien plus important qu’imaginé sur le climat. C’est en tout cas la conclusion d’une étude publiée lundi 30 mars dans la revue Nature Communications . D’après ces travaux, par une subtile cascade d’événements, les éruptions pourraient modifier la salinité des océans de l’Atlantique Nord et donc la vitesse des courants, ce qui modifierait in fine les températures atmosphériques.

Les volcans et le climat, ce n’est pas une nouveauté: les climatologues connaissent tous l’effet parasol, lorsque les particules volcaniques réfléchissent les rayons du Soleil, refroidissant alors modestement l’atmosphère pendant 2 à 3 ans maximum, le temps qu’elles retombent.

Eaux plus salées

En analysant les principaux modèles climatiques, et en recoupant ces données avec des mesures de températures issues des archives climatiques du dernier millénaire, les chercheurs ont constaté qu’après chaque éruption majeure, la circulation océanique évoluait selon des cycles d’une vingtaine d’années pendant un siècle environ. Les courants à grande échelle, tels que le Gulf Stream, s’accélèrent pendant dix ans puis ralentissent les dix années suivantes. Mais par quel mécanisme? Le refroidissement dû à l’effet parasol fait qu’il y a plus de glace à la surface des mers nordiques, explique Didier Swingedouw, qui a dirigé l’étude. Cela ralentit les courants océaniques locaux, avec pour conséquence une eau plus salée. La présence accrue de sel modifie enfin la vitesse des «grands» courants, qui influencent le climat.

«Il faudrait prendre en compte ces données en cas d’éruption majeure dans les années à venir, afin de mieux prévoir la variabilité du climat européen», conclut le chercheur, qui estime que «les volcans pourraient peser sur la moitié des variations du climat observées».