«Sans l’astronomie, l’homme ignore la place qu’il occupe», écrivait Aristote. Difficile, en effet, d’imaginer la destinée humaine au-delà de notre système solaire, cette immense bulle baignée par les rayons de notre étoile. La sonde américaine Voyager 2, qui en a désormais dépassé les frontières, donne une première idée de ce qui compose cet espace interstellaire, et fait avancer nos connaissances à pas de géant. Les résultats viennent d’être publiés dans cinq articles, parus lundi 4 novembre dans la prestigieuse revue Nature Astronomy.

Lire aussi: Voyager 1 aux portes de l’inconnu