Lu ailleurs

YouTube, cette fabrique de «platistes»

Les algorithmes de recommandations de vidéos sur YouTube enferment les internautes dans des bulles de filtres qui les persuadent que la planète est un disque et non une sphère, révèle une étude

Comment se persuade-t-on que la Terre est plate? En allant sur YouTube, estiment des scientifiques qui ont étudié la question. Asheley Landrum et son équipe de l’Université Texas Tech à Lubbock ont suivi 30 «platistes» lors des deux plus importants rassemblements de cette communauté, deux conférences mondiales organisées aux Etats-Unis en 2017 et 2018.

Les entretiens qu’ils ont menés avec eux avaient pour objectif de retracer le cheminement les ayant menés à admettre que la Terre n’est pas une planète vaguement sphérique, mais un disque plat ayant pour centre le pôle Nord et dont le continent Antarctique constitue une barrière de glace qui empêche l’eau de tomber dans le vide. Un vaste complot ourdi par la NASA, les Illuminati ou encore l’Organisation des Nations unies – dont le drapeau représenterait justement la Terre plate.

Lire aussi: Cet homme va risquer sa vie pour prouver que la Terre est plate

Sur les 30 personnes interrogées, 29 ont expliqué avoir franchi le pas dans les deux années précédentes à la lumière de vidéos publiées sur YouTube. La 30e a dit avoir été informée par ses enfants, qui s’étaient eux-mêmes informés sur la plateforme vidéo de Google. Ces résultats, signalés par le Guardian, ont fait l’objet d’une présentation orale lors du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences à Washington, le week-end dernier.

Platosphère

Tous semblent avoir suivi le même chemin. D’abord, voir des vidéos conspirationnistes proposant des vérités alternatives sur les événements du 11 septembre 2001 ou sur le fait que l’exploration de la Lune serait une mascarade organisée par la NASA. La suite? C’est l’algorithme de YouTube qui a fait le reste, leur suggérant des vidéos sur la «platosphère» (sic).

Certains ont précisé qu’ils avaient initialement mordu à l’hameçon pour infirmer ces théories, mais qu’ils avaient fini par se laisser séduire par les arguments exposés. Certaines vidéos parmi les plus populaires, telles que «200 Proofs Earth is Not a Spinning Ball», mêlent passages bibliques, soupçons de complots et faits présentés comme scientifiques. Ce mélange des genres brouille les pistes et apparaît particulièrement convaincant aux yeux de certaines personnes, explique Asheley Landrum au Guardian.

Sans jeter la pierre à Google, la chercheuse estime que le géant du web pourrait modifier ses algorithmes afin de mettre en avant des vidéos plus respectueuses de la vérité. Ils sont ainsi faits qu’«il est facile de s’enfermer dans une bulle de filtres, en particulier pour les personnes sensibles à ce genre de discours». Autre option, jouer le jeu de YouTube en publiant plus de vidéos honnêtes. «Le seul outil pour combattre la désinformation, c’est de la submerger sous de meilleures informations» conclut-elle.

Publicité