Boire de l'eau au mauvais moment peut réduire les performances intellectuelles. Telle est, selon le New Scientist du 27 janvier, la surprenante conclusion d'une étude menée par une équipe de psychologues de l'Université de Bristol. Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont tout d'abord demandé à 60 volontaires d'estimer à quel point ils avaient soif. Ensuite, ils ont testé leurs réactions en leur demandant de presser sur des boutons en réponse à des questions apparaissant sur un écran. Certains volontaires n'ont rien reçu à boire avant le test, d'autres ont consommé 33 centilitres d'eau du robinet rafraîchie à 10 degrés Celsius.

Première conclusion: les personnes qui ont soif ont intérêt à boire de l'eau avant de se présenter à «Questions pour un champion». Les assoiffés privés de boisson ont en effet réalisé des performances moins bonnes – de 10% en moyenne – que ceux qui ont eu la chance de se réhydrater avant l'exercice. Rien d'étonnant.

Le test portant sur les sujets n'ayant pas soif au départ a en revanche montré que ceux qui ont bu de l'eau ont été moins performants – de 15% – que les abstinents. Boire quand on n'a pas soif peut donc nuire à la performance intellectuelle.

L'eau du robinet diluerait-elle les idées? Pas si sûr. Selon Peter Rodgers, le responsable de l'étude, c'est peut-être seulement sa température qui est en cause. Le tube digestif des volontaires a en effet dû s'employer à réchauffer cette eau fraîche, cela aurait pu détourner quelque énergie, avance le psychologue dans le magazine britannique.

Ce que le New Scientist ne dit pas, c'est combien les chercheurs avaient bu d'eau le jour où ils ont imaginé leur expérience.