Au début du XIIe siècle, le renouveau monastique qui se développe un peu partout en Europe connaît un de ses succès les plus spectaculaires avec la fondation en 1098 de l'abbaye de Cîteaux à deux pas de Dijon et, surtout, son expansion rapide grâce au développement de filiales sur le continent. Cinquante ans après sa fondation, Cîteaux est le point de référence de 354 abbayes, de 530 à la fin du siècle!

L'homme qui fut à l'origine de ce succès est un bénédictin anglais d'origine noble, Etienne Harding. Après son noviciat au cours duquel il se serait aussi formé à la calligraphie et à l'enluminure, il perfectionne ses connaissances à Paris et à Rome. Sur le chemin du retour, il s'arrête en Bourgogne. Cofondateur de l'abbaye de Cîteaux, il en devient abbé en 1109. A une époque où l'Europe ne connaît pas encore le papier, Etienne Harding développe dans son abbaye un atelier de copistes sur parchemin, qui compte parmi les plus importants de son temps. En 1109, les deux premiers volumes de la Bible d'Etienne Harding sont achevés. L'abbé se fait non seulement le défenseur de préoccupations spirituelles, mais encourage aussi ses enlumineurs à traiter des sujets temporels: les manuscrits de Cîteaux sont célèbres pour leurs enluminures décrivant la vie des champs ou de la vigne. Les moines sont même à ce point innovateurs qu'ils introduisent dans la Bible une vie de David représentée sous forme de bande dessinée avec des séquences contenant des dessins légendés!

En 1119, Etienne Harding fonde une communauté de femmes – la première rattachée à Cîteaux. La même année, il rédige la Charte de charité, texte fondamental destiné à maintenir la cohésion des divers monastères qui feront la richesse de l'expérience cistercienne.