Les papes, à partir de Clément V, sont installés en Avignon, pour des raisons autant pratiques que politiques. Mais après les règnes de Jean XXII, successeur de Clément V, de Benoît XII, de Clément VI, d'Innocent VI et d'Urbain V, les Romains insistent pour que les successeurs de Pierre réintè-

grent la ville éternelle. Grégoire XI (1370-1378) se plie à cette exigence, mais meurt une année après son retour à Rome.

Le 7 avril 1378, le conclave se réunit. Devant le Vatican, une foule exige à grands cris un pape italien. Des menaces de mort sont proférées contre les cardinaux. Ils prennent peur et élisent dans la précipitation le Napolitain Bartholomeo Prignano, archevêque de Bari, qui prend le nom d'Urbain VI.

L'élection est-elle valable? Les cardinaux font valoir les pressions qu'ils ont subies. De plus, Urbain VI se révèle maladroit, autoritaire et fantasque. Les cardinaux déclarent l'élection d'Urbain VI nulle et élisent le 20 septembre 1378 le cardinal Robert de Genève, qui prend le nom de Clément VII. Urbain VI refuse cette invalidation. Le Grand Schisme commence.

Clément VII s'installe à Avignon, avec les plus hauts dignitaires de la curie, qui ont abandonné Urbain VI. Qu'à cela ne tienne: le pape napolitain crée une nouvelle curie et nomme de nouveaux cardinaux. Le temps passe, et la chrétienté se divise en deux. Du côté d'Urbain VI: l'Italie, l'Angleterre et l'Empire. Du côté de Clément VII: la France, l'Ecosse, la Savoie, la Bourgogne, Naples et l'Espagne. Les ordres religieux se divisent également. La grande affaire de Clément VII demeure la conquête de l'Italie. Il n'y parviendra pas de son vivant. La mort d'Urbain VI en 1389 ne met pas fin au schisme: l'Italien Boniface IX lui succède. Et, lorsque Clément VII meurt en 1394, c'est un Espagnol qui s'installe à Avignon: Benoît XIII. Ce n'est qu'en 1415 que le schisme prendra fin, lorsque le concile de Constance déposera les papes rivaux.