Pierre le Grand inaugure une nouvelle ère de l'histoire de la Russie, appelée parfois l'Age impérial, à cause du nouveau titre du souverain et du nom qu'il donne à son pays. Son règne, effectif à partir de 1696, se caractérise par la volonté du souverain de réformer au pas de charge tout un pays, peuple compris, pour le mettre à l'heure de l'Europe. Pour ce faire, il n'hésite pas à bousculer les traditions dans le but de répondre à ce qu'il estime être les nécessités immédiates de son pays.

Pierre Ier fait figure de force de la nature par sa taille (il mesure plus de deux mètres) et par son énergie gigantesque. D'une curiosité intellectuelle insatiable, il prend part personnellement à toutes les affaires de l'Etat et trouve encore le temps d'apprendre une vingtaine de métiers différents, se vantant de savoir fabriquer n'importe quoi: un bateau ou une paire de souliers.

Lorsqu'il commence à mettre en œuvre son programme de réformes, d'abord techniques et militaires, Pierre le Grand s'entoure de nombreux étrangers, parmi lesquels le Suisse François Lefort. Il envoie également de jeunes étudiants russes se former en Europe. Il est surtout lui-même le premier tsar à franchir les frontières de son empire. Jeune souverain, il se rend une première fois à Hanovre, Amsterdam, Londres, Prague et Vienne (1697-1698). Lors d'un second voyage (1716-1717), il visite la Hollande et Paris.

Sa passion pour la marine lui sert dans la guerre qu'il mène contre la Suède à partir de 1700. La victoire finale de ses troupes, en 1721, signifie l'implantation solide et durable de la Russie sur la Baltique, symbolisée par la fondation, à partir de 1703, de Saint-Pétersbourg, qui devient la nouvelle capitale. Construite ex nihilo en pierres et en briques sur ce qui n'était que marais, elle se distingue de Moscou, cité de bois.

Bien que préoccupé avant tout par les affaires militaires, Pierre le Grand réforme également tous azimuts: gouvernement central, administration locale, religion, culture et éducation. Il s'inspire chaque fois de l'Europe. En introduisant ainsi la civilisation occidentale, l'empereur veut aussi importer les vêtements, les manières et les usages, souvent par la voie d'oukases et en dépit d'une forte opposition. La plus célèbre de ces innovations est le rasage des barbes, qu'il impose aux fonctionnaires.

L'activité débridée de Pierre le Grand suscite de fortes résistances. Sur le plan intérieur, son règne n'est d'ailleurs pas une période de calme. De 1705 à 1720, le pays connaît un état d'insurrection permanente. Dans son entourage même, sa brutalité et son indifférence religieuse dressent contre lui une partie de l'aristocratie. Usé par une activité surhumaine, Pierre le Grand meurt le 28 janvier 1725.