Histoire

1913, l’année avant la tempête

L’historien Florian Illies recherche dans 1913 un état esprit, une culture du doute, de l’autodestruction, de la dérision. Observations tirées de l’ouvrage «1913, The Year Before the Storm»

Janvier

Un garçon de 12 ans est arrêté par la police de La Nouvelle-Orléans pour avoir marqué la nouvelle année en tirant en l’air avec un revolver volé. Il est envoyé en maison de correction: Louis Armstrong.

Pablo Picasso est interrogé par la police parisienne au sujet du vol de La Joconde, au Louvre, en 1911. Il a un alibi.

Josef Vissiaronovich Djugashvili, Géorgien moustachu de 34 ans, arrive à Vienne. Il vient trouver refuge dans la capitale impériale pour écrire un essai sur Le marxisme et la question nationale. Il choisit de se faire appeler Joseph Staline.

Une chatte s’introduit dans le bureau de Sigmund Freud, 19 Berggasse, à Vienne. Amusé, le professeur lui donne du lait. Elle aura le droit de se coucher sur le célèbre divan.

La pièce de Thomas Mann, Fiorenza, est éreintée à Berlin par le plus célèbre des critiques allemands. La belle Katia, épouse et muse de l’écrivain, console son mari: «Il a écrit ça parce qu’il n’a pas pu m’avoir.»

Premier numéro de Vanity Fair à New York.

A Tell el-Amarna, en Egypte, l’archéologue Ludwig Borchardt tient dans ses mains «le buste peint d’une princesse royale»: Nefertiti.

Après 200 lettres à Felice Bauer, Kafka lui demande si elle réussit à lire son écriture.

Février

Avec ses Picasso, Matisse, Picabia, Brancusi, Duchamp, l’Armory Show de Chicago bouleverse le paysage artistique américain: «L’exposition des nouvelles œuvres européennes nous est tombée dessus comme une bombe», écrit le magazine Camera Work. Avec rage, stupéfaction, mépris ou enthousiasme, le public se bouscule pour voir. Et avoir vu.

A Berlin, la fabrique de cigarettes Problem lance une nouvelle marque sous le nom de «Moslem».

Dans les cafés de Vienne, Herr Bronstein, mieux connu comme Trotski, est considéré comme le meilleur joueur d’échecs.

C’est le mois où naît à Barcelone Jaime Ramon Mercader, mieux connu comme l’assassin de Trotski.

A Strasbourg, Albert Schweitzer termine l’Etude critique sur la psychiatrie de Jésus. Quand il s’endort sur ses lectures, il met ses pieds dans l’eau froide.

Mars

Egon Schiele dessine ses sœurs dans une nudité très crue. Son galeriste le sermonne: qui vous achètera?

Albert Einstein ne supporte plus sa femme, Mileva. Hermann Hesse n’en peut plus de la sienne. Arthur Schnitzler est malheureux en ménage.

La Réserve fédérale américaine est fondée.

Le Congrès introduit un impôt sur le revenu.

L’industriel allemand Walter Rathenau préconise la création d’une union tarifaire européenne.

Rainer Maria Rilke a le rhume.

Virginia Woolf envoie à ses éditeurs le manuscrit de son premier roman, The Voyage out (La Traversée des apparences). Le personnage masculin central y déplore le silence millénaire des femmes, jamais actrices de leur propre vie. Moins de 500 exemplaires sont vendus en quinze ans.

Sa thèse terminée, Albert Schweitzer vend ses biens et part pour l’Afrique avec sa femme Hélène.

■ Avril

Les dépenses militaires représentent 2% du PIB austro-hongrois, 3,9% du PIB allemand et 4,8% du PIB français.

A 19h30, le 24 avril, le président américain Woodrow Wilson presse un bouton dans le Bureau ovale: à New York, les 80 000 ampoules électriques du Woolworth Building s’allument. Le plus haut gratte-ciel du monde (241 m) est achevé.

Le National Geographic présente les premières images du Machu Pichu, la cité perdue des Incas, qui vient d’être redécouverte.

Le magazine allemand Die Aktion appelle au parricide: pour que la relation entre les sexes soit libre et harmonieuse, il faut s’affranchir des pères. Freud explore le sujet à Vienne. A Prague, Kafka propose un titre pour son premier volume de nouvelles: Les fils.

Walter Gropius publie son essai sur l’architecture industrielle, assorti de photos de hangars et silos américains. Dans sa vision du bâti, la forme est tout entière au service de la fonction.

■ Mai

Le milliardaire américain J.-P. Morgan reçoit une lettre d’un certain Leonardo qui prétend savoir où est La Joconde. La réceptionniste la jette à la poubelle.

La monarchie européenne est à Berlin pour le mariage de la princesse de Prusse et du duc de Hanovre. Le Berliner Tagblatt écrit: «Les contacts personnels de cette nature laissent leur marque sur l’attitude politique des cabinets. De tous côtés, la volonté de paix est ardemment accentuée.»

La première du Sacre du printemps de Stravinski électrise Paris. «Une nouvelle forme de chorégraphie, sur une nouvelle musique», écrit le plus célèbre commentateur de l’époque. Les spectateurs crient, protestent ou acclament, Ravel hurle au génie, on éteint les éclairages au milieu de la performance pour calmer la salle. Les danseurs, autour de Nijinski, la star des Ballets russes, continuent de danser, portés par le chaos sauvage de l’instant. Le lendemain, Le Figaro déplore que les Russes connaissent si mal les manières des pays qu’ils visitent.

■ Juin

L’écrivain anglais Norman Angell écrit dans sa Lettre ouverte aux étudiants allemands que l’ère de la globalisation supprime la possibilité des guerres mondiales puisque tous les pays sont interconnectés économiquement. Même si, dit-il, l’armée allemande avait des velléités d’agression, le monde financier exercerait toutes les pressions nécessaires sur le gouvernement pour y mettre un terme, il y irait de la prospérité du commerce allemand. L’essai a un grand succès. Le président de Stanford University répète après Angell que les banquiers ne donneront pas un sou pour la guerre et donc qu’il n’y en aura pas.

Le 8 juin, Franz Kafka commence à écrire sa lettre de demande en mariage à Felice Bauer. Il la termine le 16. Elle a vingt pages. Felice veut-elle vraiment d’un époux «malade, faible, asocial, taciturne, rigide, désespéré»?

■ Juillet

Giorgio De Chirico peint sa Piazza d’Italia, un «paysage métaphysique» selon Guillaume Apollinaire. Il montre le néant.

Le Times de Londres rapporte que François-Ferdinand, le successeur de l’empereur François-Joseph d’Autriche, s’est éloigné de Vienne, et surtout du général en chef, von Hötzendorf, trop pressé de mener une guerre préventive contre la Serbie. La cour n’a jamais accepté son mariage avec la comtesse Sophie Chotek, considéré comme une mésalliance. L’archiduc est heureux avec Sophie et leurs trois enfants dans son château de Bohême.

■ Août

Rilke est à Heiligendamm, la plus ancienne station balnéaire allemande, sur la Baltique. Il y observe les lieux sobrement. Au maximum de son pouvoir d’engouement, il écrit: «Tout compte fait, une petite place raisonnable.»

Les forces armées austro-hongroises font la chasse aux déserteurs. ­Elles recherchent un certain «Hietler (sic) Adolf, dernière résidence connue, une pension pour hommes, Meldemannstrasse, Vienne. Enquête en cours.»

En Europe centrale, la température du mois ne dépasse pas 16°. Il n’y a pas un seul jour de beau. Juillet n’a pas été meilleur.

Picasso arrive à Céret, dans les Pyrénées-Orientales, avec Braque, Gris, Ascher, Pichot. Ce dernier lui demandant de l’argent, Picasso s’enfuit.

L’archiduc François-Ferdinand est élevé au rang d’Inspecteur général des armées. Il peut maintenant refuser au général von Hötzendorf les moyens d’une guerre contre la Serbie.

A La Haye, le Palais de la Liberté est prêt pour son inauguration. Des dons en provenance du monde entier ont permis sa construction. Les préparatifs démarrent pour la nouvelle conférence de la paix, prévue pour 1915.

Septembre

Diaghilev licencie Nijinski des Ballets russes: au cours d’une tournée en Amérique du Sud, le danseur s’est marié avec Romola de Pulsky. Diaghilev, qui a entretenu une longue et int

ime relation avec Nijinski, est blessé à mort.

Albert Einstein présente sa nouvelle approche de la gravitation et de la relativité devant la Société suisse des sciences naturelles, à Frauenfeld.

Le premier Zeppelin L1 de la marine allemande tombe en mer, pris dans une tornade.

Le Congrès de l’Association internationale de psychanalyse s’ouvre à Munich. Sigmund Freud affronte son ancien disciple, Carl Gustav Jung. Les désaccords sont sans appel. Les deux hommes ne se reverront plus.

Lou Andreas-Salomé emmène Rilke à la montagne. Elle analyse ses rêves. Ils discutent de la différence symbolique entre un phallus et un obélisque.

■ Octobre

Deux milles jeunes Allemands se réunissent dans un camp d’automne pour protester contre la montée du nationalisme.

L’empereur François-Joseph inaugure à Leipzig le monument de 90 mètres de haut qui commémore la défaite de Napoléon à la Bataille des Nations, en 1813. L’Autriche et l’Allemagne se jurent fidélité.

■ Novembre

Adolf Hitler peint une aquarelle de l’église des Théatins de Munich, qu’il vend au Viktualienmarkt.

L’empereur François-Joseph interdit aux officiers en uniforme de danser le tango.

Pour le Viennois Adolf Loos, l’architecture et l’art sont deux mondes à part: l’œuvre d’art cherche à sortir les gens de leur confort tandis que l’architecture a pour but de les y maintenir.

Prada ouvre son premier magasin à Milan.

Une roue de bicyclette apparaît devant l’appartement de Marcel Duchamp, à Paris. Il la fixe sur un tabouret de cuisine puis l’installe dans sa chambre, «comme une cheminée ou un taille-crayon, sauf que c’est sans utilité».

■ Décembre

Mona Lisa est retrouvée. Le vitrier d’art italien, alias Leonardo, qui l’avait mise sous verre deux ans auparavant la gardait sous son matelas.

On observe pour la première fois la constellation complète du Sagittaire. Dans la mythologie, le centaure vise le scorpion avec son arc.

Publicité