étés d’avant (10)

1991: l’été où la Suisse a commémoré ses 700 ans

Pendant la pause estivale, «Le Temps» réveille les grands événements culturels, politiques, économiques et sportifs qui ont marqué les étés d’avant

Un été 1991

1991: l’été où la Suisse a commémoréses 700 ans

Pendant la pause estivale, «Le Temps» réveille les grands événements culturels, politiques, économiques et sportifs qui ont marqué les étés d’avant

La Suisse se souvient de trois paysans prêtant serment dans une prairie. En ce 1er août 1291, ils scellent, trois doigts levés vers le ciel, leur indéfectible alliance contre toute forme d’agression. On dit que c’est la mort de Rodolphe Ier de Habsbourg qui a motivé ce contrat de défense entre les régions d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald. On dit aussi que tout cela n’est qu’une légende montée en épingle au XIXe siècle alors que la vogue du nationalisme enfièvre les pays d’Europe. Qu’importe, l’histoire du serment du Grütli et de ses Helvètes aux bras noueux est belle. 700 ans plus tard, le mythe vaut bien une grand-messe. 1991 commémore donc la naissance de la Confédération. On ressort les drapeaux et le pacte originel écrit en latin. Le bastringue du 700e accouche d’une exposition géante et d’un nouveau Dictionnaire historique de la Suisse en 12 volumes. Les critiques de l’événement se font discrets. Il faut dire que les deux voix les plus fortes se sont tues, Friedrich Dürrenmatt en 1990 et Max Frisch en avril 1991.

En 1991, la Suisse du passé rencontre celle de demain. Dans son laboratoire du CERN à Genève, le physicien anglais Tim Berners-Lee met à la disposition de ses collègues un tout nouveau moyen de communication. Développé avec le Belge Robert Cailliau l’année précédente, il imagine une toile informatique qui relierait scientifiques et universitaires. Le 6 août, il ouvre ce réseau d’ordinateurs destiné aux échanges d’informations. Petit à petit, l’usage du World Wide Web va sortir des laboratoires et se généraliser. Et Internet changer la face du monde.

Pendant ce temps aux Etats-Unis, les médias tournent en boucle. Mike Tyson, le boxeur aux 44 victoires par KO et qui brasse des millions, aurait violé Desiree Washington dans la chambre d’un hôtel d’Indianapolis. Elle a 18 ans et porte l’écharpe de Miss Black Long Island. Le procès sera fleuve. Acculé dans les cordes, convaincu des faits qui lui sont reprochés, «Iron» Mike écopera en 1992 de 6 ans de prison. Il en purgera 3.

A l’Est, il y a du nouveau. Le démantèlement de l’Union soviétique laisse le pays en morceaux. Depuis l’élection, le 12 juin, de Boris Eltsine en qualité de président de la Fédération de Russie, les relations avec Mikhaïl Gorbatchev sont à couteaux tirés. Président de l’URSS en perte d’influence, le second n’a plus d’autre choix que de se rallier aux idées du premier. 19 août, coup d’Etat. Secrétaire du comité central et communiste nostalgique acharné, Guennadi Ianaïev retient Gorbatchev en résidence surveillée dans sa datcha de vacances en Crimée. Il annonce l’état d’urgence, mais le putsch fait long feu. 72 heures après son enlèvement Gorbatchev est libéré. Le 31 juillet, il signe l’accord Start I avec George Bush, qui engage les deux superpuissances à réduire leur arsenal nucléaire de 30%. Mais politiquement, l’affaire va marquer l’artisan de la perestroïka et à terme sceller le sort de l’URSS, qui disparaît à la fin de l’année.

Le rideau de fer s’entrouvre. Il laisse passer un Ukrainien qui va culminer dans la légende du sport. En 1990, Sergueï Bubka a pulvérisé un vieux rêve, celui de franchir la barre des 6 mètres à l’aide d’une perche. Le 5 août à Malmö, il passe 6 mètres 10 et laisse la concurrence loin derrière. En 1991, le perchiste a enregistré à lui tout seul huit records mondiaux. Il faudra attendre 23 ans pour voir un athlète se percher plus haut.

S’il fallait une preuve que le sport mène à tout, regardez du côté de Yannick Noah. Le tennisman a remporté le tournoi de Roland-Garros en 1983. En 1990, il est promu capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis. Entre deux sets, il pousse aussi la chansonnette. En 1991, il enregistre Saga Africa, tube improbable qui va connaître un succès mémorable. 1991, c’est d’ailleurs un peu l’année à Noah. Après le carton au top 50, c’est au Palais des sports de Lyon qu’il triomphe en ramenant le saladier d’argent 59 ans après les Mousquetaires de Jean Borotra.

Mais en culture, cet été-là, c’est en Suisse qu’on porte le deuil. A Berne, Jean Tinguely s’éteint le 30 août. Dans le cadre du 700e anniversaire de la Confédération, l’artiste aux machines, celui qui transmuait le rebut en sculpture vivante avait dessiné le drapeau des réjouissances, plus des t-shirts et des étiquettes de vin en collaboration avec Pierre Keller. Le plus cinétique des Nouveaux Réalistes disparaît et d’un coup la fête n’est plus la même.

Jean Tinguely s’éteint le 30 août. Le plus cinétique des Nouveaux Réalistes disparaît et d’un coup la fête n’est plus la même

Publicité