Démographie

En 2050, le monde comptera deux milliards de personnes âgées de plus de 60 ans

Les dirigeants du G20, qui se tient à Fukuoka au Japon, s’inquiètent de l’impact du vieillissement des sociétés sur les économies

Des dépenses de santé qui explosent, une main-d’œuvre qui se réduit comme peau de chagrin: pour la première fois, les grands argentiers du G20 ont planché dimanche sur le vieillissement de la population, défi majeur pour les économies développées et en devenir pour les autres.

Inquiétude pour la 3e économie mondiale

Le Japon, qui préside la réunion de Fukuoka (sud-ouest), n’a pas choisi par hasard ce thème. Il deviendra bientôt le premier pays dit «ultra-âgé» de la planète, ce qui signifie que 28% d’habitants auront 65 ans et plus. Ils seront près de 40% en 2050. Confrontée à ce problème qui freine sa croissance, la troisième économie mondiale avait à cœur de partager son expérience. Son conseil, adressé en particulier aux marchés moins avancés: agissez avant qu’il ne soit trop tard.

«Ce que nous disons, c’est la chose suivante: si le vieillissement démographique commence à produire un impact avant que vous deveniez riches, vous ne pourrez plus prendre des mesures efficaces», a prévenu le ministre nippon des Finances, Taro Aso.

Si la tendance touche «l’humanité entière, le G20 vieillit particulièrement vite», souligne le secrétaire général Angel Gurria, interviewé par l’AFP en marge de la réunion. «C’est une tendance qui va se poursuivre, j’en ai bien peur. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut soudainement arrêter.»

Pression sur les finances publiques

Au sein du G20, se côtoient des pays au profil très différent, du grisonnant Japon aux plus jeunes membres que sont l’Arabie saoudite, l’Inde ou l’Afrique du Sud. Allongement de la durée de vie et recul du taux de natalité contribuent à une expansion rapide des seniors dans les pays riches, comme l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Italie ou la Corée du Sud, selon l’OCDE qui a mené une série d’études sur le sujet.

Ce mal s’étend désormais aux pouvoirs émergents comme le Brésil et la Chine, note l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). D’ici à 2050, le nombre d’habitants âgés d’au moins 60 ans dans le monde devrait plus que doubler et dépasser les 2 milliards.

«Le vieillissement exerce une pression sur les finances publiques en se traduisant par une augmentation des dépenses de retraite et de santé», explique le Fonds monétaire international (FMI) dans une note publiée dimanche, à l’occasion de ce G20 Finances à Fukuoka.

Le Japon en sait quelque chose, lui qui affiche une énorme dette équivalente à près de 230% de son Produit intérieur brut (PIB). Une situation qui incite les retraités à empiler les économies par peur que leur pension soit abaissée, tandis que les plus jeunes rechignent à dépenser par peur de l’avenir. Par ailleurs, «la richesse de ces pays finira forcément par être affectée, alors que moins en moins de personnes sont en mesure de travailler», relève le FMI.

Dans le cas de l’archipel nippon, de nombreux secteurs (soins, agriculture, bâtiment…) peinent à recruter, au point qu’on comptait en avril 163 offres d’emploi pour 100 demandes dans le pays, pour un taux de chômage très bas (2,4%).

Recruter des personnes âgées

Outre la nécessaire réforme des systèmes de retraite et de santé, les organisations internationales appellent à solliciter davantage les femmes et les travailleurs âgés pour contrer le déclin de la main-d’œuvre. «Le Japon a déjà un des taux de participation les plus élevés pour les seniors au sein de l’OCDE», notait l’organisation dans un récent rapport. Cependant, une fois passé l’âge de la retraite, ils sont souvent «réembauchés dans des postes de piètre qualité et mal payés». Et l’OCDE d’ajouter: «Ils méritent mieux», appelant à tirer parti de «leurs compétences et expériences».

La technologie peut aussi venir à la rescousse de ces seniors, que ce soit dans l’accès aux soins ou la gestion de leurs finances, avancent les experts. Les discussions menées dimanche par le G20 Finances visaient à préparer le terrain pour les dirigeants qui se réuniront à Osaka fin juin.

Publicité