René Lambelet, sous-directeur et responsable de la communication de Palexpo et du Salon de l'auto, est heureux. Les organisateurs s'étaient donné comme but d'égaler le précédent record de 2000, avec 714 000 entrées, et l'édition qui vient de fermer ses portes dimanche la dépasse avec 718 473 visiteurs.

Selon une enquête que les organisateurs pratiquent chaque année sur un échantillon de 50 000 visiteurs, le ratio s'établit à 59% de Suisses et 41% d'étrangers, dont un pourcentage élevé de Français. Un quart des visiteurs sont des femmes, 33% sont romands, ce qui défait le cliché que le Salon genevois est avant tout fréquenté par des Alémaniques. Cette tendance s'est confirmée au cours des dernières années, dit René Lambelet.

Sur les quatre premiers jours, 42% des visiteurs avaient entre 18 et 34 ans, alors que 49% avaient entre 35 et 49 ans. 90% des visiteurs font donc partie de la population active.

L'année prochaine, le Salon se tiendra du 7 au 17 mars. Ce sera la dernière édition avant que ne soit inaugurée la Halle 6, actuellement en construction, qui offrira 21 000 mètres carrés de surface supplémentaire. «Avec l'ouverture de la Halle 6, nous allons réattribuer la surface des stands, mais surtout repenser le confort des visiteurs avec l'élargissement des couloirs entre les stands», explique René Lambelet. «Je constate que les gens ont toujours la même passion pour la mobilité individuelle et l'automobile, et que les constructeurs font toujours plus de progrès afin de satisfaire aux exigences des milieux écologiques. Le Salon est aussi un véritable divertissement, avec une mise en scène sur chaque stand.»

Enfin, si le Salon reste une vitrine de la production mondiale, il s'affirme également comme un produit dopant les ventes: ces dernières sont systématiquement à la hausse dans les semaines qui suivent l'unique Salon international de l'automobile annuel.