Le 27 septembre, les Suisses et les Suissesses se prononcent sur un congé paternité de deux semaines, issu de longues tractations politiques. Nous explorons les enjeux de ce choix à travers une série d’articles.

Pour le Conseil fédéral et le parlement, le congé paternité «permettra aux pères d’être plus présents pour leur enfant et facilitera la répartition des rôles au sein du couple. Il accorde à tous les pères le même congé minimal.» Tous? Non, cette votation ne concerne pas l’ensemble des familles, dont les parents adoptifs et les couples de même sexe.

Le droit fédéral suisse ne prévoit pas de congé d’adoption. Le congé paternité sur lequel les Suisses voteront ce 27 septembre ne le conçoit pas non plus. «Mais des solutions de ce type peuvent être prévues dans certains contrats de travail, conventions collectives, règlements d’entreprise ou par le droit cantonal», précise Harald Sohns, porte-parole de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS).