Ce jour-là, les flocons se sont mis à tomber. D'abord un peu mollement, à la romantique, comme dans un Walt Disney, puis plus drus. Très vite les 20 000 m2 du jardin du Park Hotel Waldhaus se sont parés de blanc. Et tous ceux qui à Flims vivent du tourisme ont commencé à respirer plus librement. Mais la station s'est adaptée aux aléas de la météo, et les hôteliers qui le peuvent construisent ou perfectionnent leur spa. Celui du Park Hotel Waldhaus est assez époustouflant. C'est l'un des points forts du cinq étoiles et il lui a valu, avec sa cuisine, d'être élu hôtel de l'année 2004 par le guide GaultMillau. Visite guidée.

Emballé dans un peignoir bien douillet, un jeune père de famille tient son fiston par la main, direction piscine, sise dans un beau cube de verre dont les parois s'animent de poissons la nuit venue. Ici les enfants sont les bienvenus, il y a même une garderie, également fréquentée par les gamins du village. En automne 2006, ses locaux hébergeront d'ailleurs les membres du groupe UDC. Car c'est dans cet hôtel que le parlement tiendra sa troisième session extra-muros (LT du 12.10.2004). L'évocation de ces représentants du peuple se croisant dans les couloirs en petite tenue, ou même sans tenue du tout dans le sauna, ne peut qu'alléger l'âme.

Le Park Hotel Waldhaus a la particularité, unique en Suisse, d'être constitué de différents pavillons, dont la villa Silvana adaptée aux familles. Avec «seulement», quatre étoiles, ses prix sont un peu plus doux. Que les hôtes viennent du Grand Hotel ou d'un autre pavillon, ils ont la possibilité de se rendre au spa par des souterrains. Une alternative précieuse quand il neige, mais qui demande un minimum de sens de l'orientation. Quoi qu'il en soit, après une petite errance glacée, quel délice de découvrir le sauna! Ou plutôt les saunas. Les passionnés de réchauffement mode nordique peuvent choisir. Sauna, classique? A l'intérieur, sol de quartz noir de Vals, un village de la région, magnifique. Hmm, c'est mixte, un monsieur trône à l'étage supérieur, cuisses largement ouvertes, air sérieux, assumant sa virilité façon Viking. Dehors, un sauna avec feu ouvert. On y accède par des caillebotis. On se rafraîchit au bord d'un étang mi-gelé, entouré de sapins romantiques. Mon voisin du premier sauna saute sans hésiter dans l'eau, la glace est brisée. C'était bien un Viking!

Ce n'est qu'en rentrant à nouveau dans le spa que je découvre un troisième sauna, réservé aux femmes. Mais il est temps de tester le bain turc. Une petite pièce remplie de vapeur ou l'on ne distingue pas grand-chose. Le masseur s'y retrouve tout de même et vient chercher une à une les personnes inscrites pour le «rituel du hammam». Il leur donne droit à un massage à la mousse de savon noir, un gommage et un massage à l'huile, le tout agrémenté d'un thé. Différent du hammam oriental mais agréable.

Le centre de bien-être propose de nombreux massages et gommages en tout genre. On y trouve bien sûr un fitness, mais aussi un endroit plus médicalisé où se faire gommer les rides par injection de Botox. Dans la course à l'originalité notons le «Klangmassage» ou massage par les sons. La «masseuse» se sert de bols de différentes tailles. A l'origine, il s'agissait de bols tibétains comme ceux utilisés pour la nourriture. Ils sont constitués d'un alliage secret de plusieurs métaux, principalement du cuivre. Tout l'art constitue à tirer des sons de ces «instruments» d'un habile coup de poignet. Les bols, placés à des endroits stratégiques sur le corps du sujet, transmettent les vibrations censées dénouer les énergies bloquées…. Lorsque c'est fait, le son est plus clair, dit la masseuse. Le résultat attendu est une détente. Expérience faite on peut, selon son tempérament, grimper aux murs d'énervement, rester stoïque ou apprécier. A essayer donc. Le réconfort suprême, ce sera un risotto aux truffes d'Alba au restaurant La Cena, 15 points au GaultMillau.