Deux premières en un jour. Hier mercredi, le prince Albert de Monaco a reconnu publiquement être le père du petit Alexandre, 22 mois, fils d'une ex-hôtesse de l'air française d'origine togolaise, Nicole Coste. Du coup, avec cette déclaration, c'est aussi la première fois que le célibataire du Rocher reconnaissait avoir eu une liaison charnelle.

Albert II de Monaco a «reconnu cet enfant et souhaité qu'il puisse vivre dans un cadre de vie serein et préservé, en étant strictement tenu à l'écart des médias», précise le communiqué diffusé par l'avocat de Nicole Coste.

Le prince «regrette que cette affaire purement privée», révélée par l'hebdomadaire Paris-Match début mai, peu après la mort de Rainier III, «ait été médiatisée à outrance contre sa volonté», poursuit le communiqué.

On s'attendait à ce qu'Albert, célibataire et dont la vie privée a toujours donné lieu à d'intenses rumeurs, annonce, après la fin de la période de deuil sur le Rocher, la reconnaissance officielle du petit Alexandre. Ce deuil arrive à son terme ce mercredi à minuit, d'où l'annonce faite via communiqué et sans qu'Albert fasse de déclaration.

Désormais, le prince, dont l'avènement doit être célébré le 12 juillet, demande à la presse d'«adopter un comportement responsable, similaire à celui qu'elle avait adopté en des circonstances comparables».

Affaire privée, cette reconnaissance de paternité est «sans incidence aucune sur l'avenir de la dynastie, en application des principes constitutionnels» en vigueur pour la succession sur le Rocher.