Il y a dix-neuf ans, quasiment jour pour jour, Alexandra Coulet recevait une rose. Une fleur rouge velours qu’elle accepte, sous les yeux de Stéphane Rotenberg et de 4 millions d’inconnus. C’est la finale de Bachelor, sur M6, et le «gentleman célibataire», chef d’entreprise et gendre idéal à la mâchoire taillée comme ses costumes, a fait son choix: parmi la vingtaine de filles qui ont tenté de le séduire, Olivier Siroux demande la main de cette étudiante genevoise de 21 ans. Nous sommes au printemps 2003, Alexandra accepte, et remporte l’une des premières téléréalités françaises. Sans le recul nécessaire pour réaliser ce qui est en train de lui arriver.