Sororité

Alice Pfeiffer: «La Parisienne est une performance»

Dans son premier livre, la journaliste franco-britannique Alice Pfeiffer s’attaque à l’icône de la féminité à la française et braque les projecteurs sur les beautés invisibilisées

Elle mange du pain mais ne grossit pas, fume comme un pompier mais ne vieillit pas. Même tombée du lit, elle est sublime. Rêveuse, oisive, elle balade sa nonchalance et son sac Chanel à Saint-Germain-des-Prés, où elle s’attable volontiers à une terrasse, un livre dans une main, un verre de vin dans l’autre. On veut parler de la Parisienne, cet archétype féminin envié dans le monde entier et qui hante la culture française, du cinéma à la mode en passant par les noms de parfums et le récit national.

Une licorne que la journaliste franco-britannique Alice Pfeiffer a décidé de chasser dans Je ne suis pas Parisienne, paru chez Stock. Dans ce brillant premier livre, celle qui dirige les pages mode des Inrockuptibles met au jour les mécanismes de domination qui s’exercent à travers ce mythe et plaide pour le décloisonnement d’une féminité éculée. Et rappelle, à l’aide de l’outil sociologique, que le corps des femmes est plus que jamais politique.