Parce qu'il y a autant de scenarii possibles que d'aînés, eux ont choisi de passer leur «troisième mi-temps» entre amis, au camping, ou en colocation entre séniors. Le Temps est allé à la rencontre des seniors qui ont souhaité repousser, ou bien ont refusé, la perspective de l'EMS. Et qui vivent leur meilleure (fin de) vie.

Retrouvez l'épisode précédent:
Christine Othenin-Girard, cohabiter malgré la différence d’âge

Ils ne se sont pas donné rendez-vous dans dix ans, même jour, même heure. Ils sont restés ensemble. Antoine, François, Philippe… et les autres ont réalisé leur rêve de vivre en communauté et ce, depuis presque un demi-siècle. Aujourd’hui, ils approchent tous des 80 ans, et c’est encore plus soudés, plus complices que jamais qu’ils ont décidé de poursuivre l’aventure. L’EMS? Ils n’y pensent pas. Ou presque.