Les députés du Bundestag s’apprêtent à mettre un terme à l’une des polémiques les plus vives de ces dernières années en Allemagne. Ce vendredi, ils devraient voter la suppression du paragraphe 219a du Code pénal, qui criminalise la «publicité» sur la pratique des avortements par les gynécologues. Soutenue par les trois partis de coalition, sociaux-démocrates, écologistes et libéraux, cette réforme est assurée de passer.