J’irai sur vos tombes

Audrey Hepburn à Tolochenaz, si paisible et si peuplée

La croqueuse de diamants reste une icône du cinéma, que des foules d’admirateurs n’oublient pas

Chaque mardi de l'été, «Le Temps» se rend sur la tombe de personnalités qui ont fini leur vie en Suisse.

Episodes précédents:

Sous un cerisier, en amont du petit cimetière de Tolochenaz aux abords de Morges, repose une des actrices les plus aimées du monde. C’est ici qu’Audrey Hepburn a vécu les trente dernières années de sa vie, jusqu’à sa mort en janvier 1993. «L’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais», déclarait-elle. Son style reste encore de nos jours un idéal pour des milliers de femmes.

Véritable lieu de pèlerinage pour les cars de touristes japonais, sa sépulture ne se démarque pas par son extravagance mais par sa beauté sobre, parée de géraniums roses, sa couleur favorite. Bien entretenue, elle est recouverte d’offrandes – des portraits du temps de Vacances romaines, plastifiés, laissés par les fans du monde entier, des pièces de monnaie chinoises, des lettres écrites en allemand, des petits anges en céramique d’Italie. Chaque admirateur y met du sien.

Une simple croix en pierre, sans épitaphe particulière, juste deux dates: 1929-1993. Une manière de se fondre dans le décor et d’atteindre un semblant d’anonymat éternel? La Suisse, c’était chez elle. Audrey Hepburn avait choisi le village vaudois pour y élever ses deux enfants, en toute tranquillité, aux côtés de son dernier amour, l’acteur néerlandais Robert Wolders. La décrivant comme une mère de famille normale, cherchant l’anonymat et aimant discuter lorsqu’elle promenait ses chiens, les voisins de l’icône de Diamants sur canapé se rappellent surtout son humilité et sa cordialité naturelle, dans un reportage de la RTS.

Comme l’héroïne de son livre préféré, les Heidi, elle privilégiait la vie loin de la civilisation, en pleine nature, paisiblement. Paisible, comme le nom de la villa de la star située à quelques mètres du cimetière, aujourd’hui interdite aux visites. Là-bas, l’actrice entretenait son potager amoureusement, en offrant volontiers les fruits et légumes de sa récolte aux Tolochinois.

Après avoir pris en photo la célèbre pierre, on contemple volontiers le panorama sur un banc adossé à la colline en comprenant ce qui a charmé l’actrice mondialement adorée.

Dossier
Tombes illustres de Suisse romande

Publicité