L'Euro Millions a de nouveau mis la Suisse en ébullition. Doté d'une énorme cagnotte de 243 millions de francs (personne n'ayant décroché le jackpot lors de dix tirages au sort consécutifs), il a provoqué vendredi une ruée dans les kiosques, où quelque 20 millions de francs ont été joués en quelques heures. Au risque de «cannibaliser» les autres formes de paris. Interview de Philippe Maillard, le directeur général de la Loterie romande, qui gère ce jeu parmi une trentaine d'autres.

Le Temps: Les Suisses ont-ils joué vendredi à un autre jeu qu'à l'Euro Millions?

Philippe Maillard: Les amateurs d'autres jeux, comme les fans du PMU (paris sur les courses de chevaux, ndlr), sont restés fidèles à leur passion. Mais la plupart d'entre eux se sont investis un peu moins dans leur jeu habituel pour miser aussi sur l'«Euro Millions». Bref, ils ont joué sur les deux tableaux. Ceci dit, la force de l'Euro Millions est d'attirer un nombre exceptionnel de personnes en principe peu portées sur les loteries. Et d'additionner les deux catégories.

- L'Euro Millions cause-t-il du tort à d'autres jeux gérés par vous?

- Oui, bien sûr. Le portefeuille des Suisses n'est pas extensible. La principale victime de l'Euro Millions - nous nous y attendions dès le départ - est le jeu qui s'en rapproche le plus, à savoir Swiss Loto, l'ancienne loterie suisse à numéros. Swiss Loto a un jackpot de 5 millions contre 243 millions à l'Euro Millions. La différence est très grande. Le fait qu'un joueur ait beaucoup plus de chance de gagner à Swiss Loto (1 sur 8 millions) qu'à Euro Millions (1 sur 76 millions) n'y change rien. Les amateurs de jeux de numéros sont très peu sensibles à ce facteur. Ils sont obnubilés par le gain maximal, au détriment de toute autre considération.

- Avez-vous chiffré les pertes de Swiss Loto?

- Oui. Sur l'ensemble de l'année, Swiss Loto a perdu 15% de ses gains. Comme j'ai l'habitude de l'expliquer, il a longtemps été notre vaisseau amiral, il n'est plus qu'une corvette. Cela dit, si sa baisse est sensible, elle reste beaucoup moins nette que chez nos partenaires européens. Au Portugal, la loterie traditionnelle est mourante et en Belgique elle a baissé de 30%.

- Allez-vous soutenir Swiss Loto?

- Oui. Nous avons préparé une série de mesures dans ce sens. Nous prévoyons notamment d'augmenter dès l'an prochain la somme retournant aux joueurs du Swiss Loto. Jusqu'ici, 50% des sommes misées (ou 50ct. par franc) leur sont revenus. Dans quelques mois, cette proportion passera à 55%, alors qu'elle restera à 50% pour les autres jeux, notamment pour l'Euro Millions. Nous allons parallèlement introduire dès février-mars un nouveau rang de gain, Swiss Replay, qui permettra aux joueurs de retrouver leur mise. A ce stade, un joueur du Swiss Loto a une chance sur 38 de gagner quelque chose contre une chance sur 24 à celui de l'Euro Millions. Grâce au nouveau pallier, il en aura une sur 10, ce qui rendra cette loterie sensiblement plus attractive.

- Au total, l'Euro Millions vous vaut-il plutôt des gains ou des pertes?

- Des gains! Il représente cette seule semaine une augmentation de notre chiffre de vente de 20%.