A quelques centaines de mètres bien qu'à des années lumières des «Jardins de la Madeleine», la place de la Gare se transforme en vaste champ de bacchanales et de carnaval. Dans le cadre officiel de «Ville en Fête», en guise de prélude et d'épilogue à chacune des représentations de la Grande-Place, les spectateurs pourront assister à la célébration festive et désordonnée des quelque 400 prêtresses de Bacchus, au son du «Dirty Chicken Marching Band», réarrangeant à la manière bruitiste les principaux thèmes musicaux de la Fête.

Puis la scène de la place de la Gare proposera chaque soir à 20h45 (ou minuit les jours de représentation nocturne) un concert gratuit. Assurée par le Cully Lavaux Jazz Festival, la programmation fera la part belle au jazz, à la salsa et à la musique sud-américaine, avec notamment la chanteuse brésilienne Diana

Miranda. Côté ravitaillement, la place ne sera pas en reste, avec ses deux bars et ses quatre take-away bien typés: gaufres & crêpes, pizzas au feu de bois, sandwiches & salades, ainsi que des spécialités vietnamiennes.

Nouveau grand volet de la Fête, l'animation de la ville tout entière, avant et après le spectacle, était l'une des principales volontés de la Commission artistique. Les vétérans de 1977 ne tenaient pas en effet à renouveler la catastrophe de l'édition précédente, lorsque les haut-parleurs vidaient scrupuleusement la ville de ses visiteurs, ressassant inlassablement à l'issue des représentations les horaires de départ des trains et des bateaux. Aussi la place de la Gare se devait-elle de devenir un lieu propre à retenir les spectateurs plutôt qu'à les expédier.

O.Dz