Le BCG – pour bacille de Calmette et Guérin – est la vaccination la plus répandue sur la planète: 85% des enfants reçoivent actuellement la piqûre préventive. Il est facile à produire et bon marché. Il n'entraîne que peu d'effets secondaires graves. Il est très bien accepté par toutes les populations. Il n'a qu'un seul – mais gros – défaut: il n'est pas toujours efficace.

Selon les études récentes, son efficacité dans la prévention de la tuberculose pulmonaire irait en effet de 80% (en Grande-Bretagne) à 0% (en Inde). Cette énorme différence ne semble pas due aux souches de bacilles utilisées dans les différents vaccins, ni à la firme qui les produisent. Elle est nettement liée à la situation géographique. L'efficacité contre la méningite tuberculeuse ou la forme disséminée de la maladie est par contre meilleure.

Les chercheurs n'ont à ce jour pas d'explication claire. Certains avancent que le bacille, cultivé in vitro depuis bientôt un siècle, aurait perdu au fil des années certains gènes essentiels pour provoquer une immunité. D'autres pensent que les populations qui sont davantage exposées à d'autres mycobactéries – non pathogènes – pourraient avoir développé une insensibilité au vaccin.

La recherche d'une prévention plus efficace que le BCG est donc une priorité sanitaire. La vaccination reste en effet le seul moyen de contrôler efficacement, voire d'éradiquer, une maladie à répartition planétaire.

A. Cl