Eros & Controverse

Beauté vs intelligence: à quoi ressemble notre partenaire sexuel idéal?

L’opposition entre quotient intellectuel et attractivité physique n’a plus lieu d’être: plusieurs études montrent que nous recherchons l’un et l’autre. Une bonne nouvelle à l’heure du culte de l’apparence, selon notre chroniqueuse

L’âme ou le corps, le sublime ou la chair. On aurait pu penser que quatre siècles après Descartes, nous serions finalement passés à autre chose. Eh bien, pas entièrement. Ces questions tourmentent les célibataires (faut-il investir dans un gros cerveau ou dans de gros abdos?) comme les couples (suis-je encore séduisant-e?), les plus jeunes (trouverai-je l’âme sœur?) comme les moins jeunes (ma sagesse compense-t-elle ma vieillesse?).

L’air du temps a de quoi alimenter notre incertitude. D’un côté, la société du spectacle semble avoir triomphé: culture toute visuelle, culte de l’apparence, applications de rencontre reposant quasi systématiquement sur des photos. Mais d’un autre côté, la sapiosexualité – l’attraction pour l’intelligence de ses partenaires – vient titiller notre actualité. Cet été, la secrétaire d’Etat française chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, s’est déclarée sapiosexuelle, suivie par le producteur et DJ star britannique Mark Ronson.

Lire aussi: D’où viennent les sapiosexuel(le)s, ces obsédé(e)s du QI?

Alors, la tête ou les jambes? La plus grosse base de données dont nous disposons, fournie par la California State University, date de 2007 et porte sur 220 000 personnes. Selon les répondants, les traits les plus désirables sont l’intelligence, l’humour, l’honnêteté, la gentillesse, le physique en général, la beauté du visage, les valeurs, les talents en communication et la fiabilité. Ce sont les hommes qui donnent le plus d’importance à l’apparence (oups, on n’avait pas dit que les femmes étaient le genre superficiel?).

La quête du… mieux que soi-même

Mais évidemment, nos préférences sont plus complexes que cette simple «liste de shopping». Et pour cause, les caractéristiques de notre partenaire idéal ne sont pas des objets flottant dans le cosmos, elles n’ont de sens qu’en rapport avec notre propre position dans l’échelle de la séduction. Ainsi, en 2006, une étude de l’Université de l’Arizona montrait que nous cherchions des partenaires plus consciencieux, plus extravertis, plus agréables, plus désirables que nous ne le sommes… mais moins névrosés (admettez que le contraire aurait été étonnant).

Le constat est le même dans le domaine de la beauté. Une publication de Science Advances révélait l’an dernier que nous cherchions des partenaires non seulement beaux… mais plus beaux que nous (oui, il est possible de quantifier la désirabilité). C’est vrai pour les hommes comme pour les femmes: la personne idéale se situe 25% au-dessus de notre niveau. Et c’est encore vrai côté cerveau, puisque toujours en 2018, une étude parue dans le magazine Intelligence démontrait que nous trouvions particulièrement séduisants les 10% de la population les mieux dotés en QI (plus de 120 points). A condition qu’ils ne soient pas trop intelligents (à plus de 135 points de QI, votre activité neuronale devient trop écrasante pour le commun des mortels).

Lire aussi: Maquillage, couleur des cheveux, bourrelets: les tabous de la séduction

Qu’en déduire? Déjà, que personne n’a besoin de choisir entre beauté et intelligence, comme s’il s’agissait de valeurs opposées, disponibles en quantité limitée. Ensuite, que nous ne censurons pas nos aspirations au «mieux». Bien sûr, dans la vraie vie, les princesses embrassent rarement les crapauds. Mais ça ne nous empêche ni de rêver, ni de tenter notre chance. Dans un monde qui nous paraît parfois désenchanté, voire désespéré, voilà qui remonte le moral!


La précédente chronique: Sexe: silence, on simule!  

Publicité